Meilhon : les légistes accablent l'accusé

le
0
Sa défense fantaisiste a été pulvérisée par le récit du martyre enduré par Laetitia Perrais.

De notre envoyé spécial

Si Tony Meilhon, comme il est permis de l'envisager, est un criminel majeur, il évolue dans cet espace très particulier réservé aux grands prédateurs contraints de zigzaguer entre la réalité vraie et celle qu'ils inventent pour des raisons d'opportunisme judiciaire et de survie psychologique. Jugé à Nantes depuis une semaine pour l'enlèvement suivi de la mort de Laetitia Perrais, il déconcerte tant sa personnalité ressemble davantage à un patchwork qu'à un camaïeu.

Les assises ont fait connaissance, mardi, avec le Tony Meilhon de janvier 2011, interpellé au lendemain de la disparition de Laetitia. Sa voix, enregistrée par un gendarme alors qu'il attendait dans une geôle d'être transféré, jaillit à l'audience: un braillement comme d'après-boire ou d'outre-tombe, amplifié par un écho lugubre. Il improvise une chanson obscène,...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant