Mehdi Nemmouche aurait voulu commettre un attentat à Paris

le
0
Mehdi Nemmouche aurait voulu commettre un attentat à Paris
Mehdi Nemmouche aurait voulu commettre un attentat à Paris

«Je vais faire cinq fois Merah au défilé du 14-Juillet.» Ce lundi, le journal «Libération» révèle que Mehdi Nemmouche, tueur présumé du Musée juif de Bruxelles et geôlier d'otages en Syrie, aurait eu pour objectif de «commettre un attentat à Paris pendant le défilé du 14-Juillet». C'est également ce dont il se vantait devant les journalistes français qu'il a vus pendant leur détention en Syrie.

Le quotidien dit s'appuyer sur «plusieurs sources» ayant eu accès aux procès-verbaux d'audition de Didier François, Nicolas Hénin, Pierre Torrès et Edouard Elias, qui ont été confrontés à Nemmouche entre juillet et décembre 2013 alors qu'ils étaient otages. Selon eux, «l'objectif de Nemmouche était de commettre un attentat à Paris pendant le défilé du 14-Juillet». «Un projet d'action terroriste d'envergure», du «Merah puissance 5», «sur les Champs Elysées», aurait fanfaronné Mehdi Nemmouche.

Le parquet de Paris et l'Intérieur démentent

Le parquet de Paris a toutefois démenti ce lundi matin les informations de «Libération». «Au stade actuel des investigations, aucun procès-verbal d'audition recueilli dans un cadre judiciaire ni aucun autre acte d'enquête réalisé à la suite de l'enlèvement et de la séquestration de Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, ne fait état d'un projet d'attentat sur le territoire national, en particulier le jour du 14 juillet à Paris», indique le parquet dans un communiqué. Ce midi, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a assuré que «les informations de Libération sont de fausses informations» et que ses services n'avaient jamais «eu connaissance d'un tel projet».

Medhi Nemmouche avait été interpellé à Marseille le 30 mai avant d'être extradé fin juillet en Belgique où il a été inculpé et incarcéré pour le quadruple assassinat commis au Musée Juif de Bruxelles le 24 mai. Par précaution, les services de police ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant