Mehdi Martin : "J'ai réussi à avoir le maillot de Kevin Constant"

le
0

C'est le lot, chaque été, des tours préliminaires des compétitions européennes, les équipes semi-professionnelles, voire amateurs sont aux prises avec leurs homologues professionnelles. C'était le cas, jeudi, du club luxembourgeois de Differdange, qui recevait les Turcs de Trabzonspor. Avec une défaite attendue à la clé (3-1 au cumulé), mais sans avoir démérité, loin de là. Mehdi Martin raconte.

D'un côté, Trabzonspor et ses 92 millions d'euros de budget. De l'autre, Differdange et son petit million. Un monde sépare donc le cinquième du dernier championnat turc et le deuxième du luxembourgeois. Un gouffre qui pouvait faire craindre un affrontement bien déséquilibré. Heureusement, la vérité des finances n'est pas celle des terrains. Car le petit poucet du Grand Duché a chèrement vendu sa peau lors ce deuxième tour préliminaire de Ligue Europa 2015/2016. À peu de choses près, Trabzonspor aurait même pu rejoindre Utrecht – éliminé par Differdange en 2013 - au tableau de chasse des Luxembourgeois. Mais, même privés de plusieurs de leurs meilleurs éléments, comme M'Bia et Cardozo – en déplacement avec le groupe, mais pas inscrits sur la feuille de match - et en condition physique aléatoire, les Bordo-Mavi de Trabzon ont fini par s'en sortir. Notamment grâce à deux coups de patte sur coup franc de l'international turc Mehmet Ekici. Les amateurs de Differdange doivent se contenter des honneurs, en attendant mieux, peut-être, la saison prochaine. Mehdi Martin, défenseur differdangeois, nous livre ses impressions.

Quelle était l'ambiance dans le vestiaire à la fin du match ? On était un peu dégoûtés d'avoir perdu le match. Même si dans tous les cas, on passait pas, ça aurait été bien que ça se finisse sur ce match nul. Ça aurait été un gros résultat pour nous. Le président est quand même venu dans les vestiaires pour nous féliciter. Bon après, il faut dire que c'était la course aux maillots (rires).
T'as réussi à en récupérer un ? Oui, j'ai réussi à avoir celui de Kevin Constant. On a bien parlé, c'est un bon mec. Il y aussi un autre joueur de Trabzon qui est venu me voir ensuite. En fait, j'avais joué contre lui en France, en 19 ans nationaux. C'est Serdar Gürler, il jouait à Sochaux à l'époque. On a aussi parlé avec M'Bia dans les tunnels, mais il ne voulait rien donner. On lui a même demandé son caleçon (rires). Ils étaient vraiment cools.
Tu as pensé quoi de cette équipe de Trabzon ? Ils étaient bons à prendre à ce moment de la saison, non ? Oui, c'est sûr, c'est le début de saison. Ils ne sont pas prêts. Ils n'ont pas toutes leurs recrues. J'avais parlé avec Medjani après le match aller, et il m'avait dit qu'ils étaient cuits…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant