Mehdi Lacen : "Pour la première fois, j'ai été payé à temps "

le
0
Mehdi Lacen : "Pour la première fois, j'ai été payé à temps "
Mehdi Lacen : "Pour la première fois, j'ai été payé à temps "

Depuis une décennie, Mehdi Lacen s'est exilé en Espagne. Aujourd'hui à Getafe, dans la banlieue de Madrid, il s'attend, une nouvelle fois, à jouer le maintien dans une Liga qu'il connaît sur le bout des doigts. Et qu'il raconte à travers son expérience avant un derby face à l'Atlético.

La victoire de vendredi face à Málaga (1-0) a fait du bien aux têtes ? On n'avait d'autre choix que de l'emporter. Après trois défaites en trois matchs, elle était impérative. Surtout que l'on se déplace ce mardi au Vicente-Calderón Plus que de nous faire du bien, ce succès contre Málaga était vital. Mais il en faut plus. Nous avons seulement trois points après quatre journées, on reste dans le bas du classement On ne va pas fanfaronner. Après, jouer l'Atlético au milieu d'une semaine à trois matchs, c'est sans doute le meilleur plan pour faire un coup.
Un Atlético de Madrid - Getafe, quelle importance cela a ? Autant pour nous que pour eux, ce n'est pas le match de l'année. Depuis que Simeone est arrivé, on ne joue plus la même équipe, j'ai l'impression que c'est un autre club que j'affronte. Mais ça ne suffit pas pour en faire un derby. Getafe, ce n'est pas Madrid. La rivalité entre les deux clubs est celle que nous avons avec tous les pensionnaires de Liga. Quand on se déplace chez eux, c'est avant tout du plaisir. Celui d'évoluer dans un super stade, avec une ambiance folle.
Dans l'imaginaire commun, il n'existe aucune rivalité entre Getafe et un autre club, même de Madrid Getafe est un club beaucoup plus jeune que le Real, l'Atlético ou le Rayo. Je crois que ce n'est que la douzième saison du club en Liga, avant il n'avait jamais été à ce niveau. C'est trop peu de temps pour qu'une vraie réalité se crée. À la limite, c'est avec le Rayo que nous pourrions avoir la plus forte. D'une, parce que tous les matchs ne se terminent pas par des taules, et de deux parce que nous jouons à peu près le même championnat, celui du maintien. Pour qu'il y ait un derby, il faut aussi qu'il y ait des supporters. Ce qui n'est pas trop le cas de Getafe.
Le président de Getafe, Angel Torres, est connu pour être un socio du Real Madrid. Ce n'est pas étrange ? Si, c'est vraiment bizarre. Pour nous, les joueurs, ça ne nous impacte pas trop. Mais dans la presse, il est extrêmement critiqué pour cela. Certains disent que lorsqu'on joue contre le Real, on leur offre six points sur un plateau. D'autres que Getafe est l'équipe réserve du Real. Pourtant, on a déjà réussi à les battre chez nous, hein. L'avantage pour…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant