Mehdi Jomâa, un inconnu pour sortir la Tunisie de l'ornière

le
0
Mehdi Jomâa était ministre de l'Industrie dans le précédent gouvernement.
Mehdi Jomâa était ministre de l'Industrie dans le précédent gouvernement.

Trois ans après l'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, Mehdi Jomâa, 51 ans, a été désigné Premier ministre, samedi soir. C'est au terme d'un long et douloureux "dialogue national" que le nom de l'actuel ministre de l'Industrie, arrivé de France en mars 2013, est enfin sorti du chapeau pour succéder à Ali Larayedh. Lors du lancement de ce "dialogue", le 25 octobre, le parti majoritaire à l'Assemblée, Ennahda, s'était engagé à abandonner à des technocrates la gestion du gouvernement pour sortir le pays de la crise politique déclenchée après l'assassinat de Mohamed Brahmi, le 25 juillet. "Aucun joueur ne parvient à s'imposer"

Inconnu du grand public, sans étiquette politique déclarée, Mehdi Jomâa a commencé dès lundi à rencontrer les partis politiques, comme Afek Tounes ou Nida Tounes, principal parti d'opposition qui s'est abstenu lors du vote. "La feuille de route prévoit que le chef du gouvernement et le gouvernement sont totalement indépendants. On ne peut pas prendre un ministre d'un gouvernement qui a échoué ! C'est le même scénario que la passation entre Hamadi Jebali et Ali Larayedh" [après l'assassinat de Chokri Belaïd le 6 février, NDLR], s'emporte Mohamed Jemmour, un leader du Front populaire. Eux aussi ont "refusé" de participer au vote samedi soir.

"Il n'était pas notre candidat, mais on est restés jusqu'au bout. C'est aussi cela, le jeu démocratique", souligne Zied Ladhari, le porte-parole d'Ennahda. Pour lui,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant