Mefiez-vous des rabais sur les sites de vente en ligne

le
1

INFOGRAPHIES - Selon une étude de l'UFC-Que choisir, les vendeurs restent trop vagues sur le prix de référence justifiant la promotion, limitant nettement le gain pour les acheteurs.

Vous êtes en train de faire vos achats de Noël? Attention aux promesses alléchantes des sites internet! C'est l'avertissement lancé depuis hier par l'UFC-Que Choisir. Dans une étude, l'association de consommateurs épingle les rabais consentis par les vendeurs sur 10 sites de commerce en ligne (Fnac, Auchan, Boulanger, Mistergooddeal..). «Les promesses de baisses ne sont généralement pas tenues», prévient-elle.

Pour en arriver à cette conclusion, l'UFC-Que Choisir a étudié les promotions portant sur les lave-linge, réfrigérateurs et téléviseurs. Le gros électroménager a été pris comme référence car compte tenu du prix élevé de ces articles, le montant potentiel de la remise attire les consommateurs. Premier constat: «sur les pages des promotions que nous avons analysées, aucun des sites ne donne d'indication sur la justification du prix de référence alors même que cette information est essentielle, puisque c'est le prix qui est utilisé pour séduire le consommateur avec un montant alléchant de remise», déplore l'étude.

En cause: l'abrogation en mars dernier d'une réglementation encadrant les rabais. Jusqu'à cette date, le prix de référence (apparaissant généralement sous la forme d'un prix barré) qui sert à calculer les rabais promotionnel, était défini en France comme étant soit le prix le plus bas pratiqué par le vendeur au cours des trente derniers jours précédant l'ouverture de la promotion, soit le prix conseillé par le fabricant. Or suite à une décision de justice européenne, cette règle a été abolie, laissant une liberté totale aux vendeurs dans le calcul de leurs promotions.

L'association de consommateur s'inquiète de constater que dans 41% des cas, il lui a été impossible de trouver un lien entre les prix de référence affichés par les commerçants et l'historique de prix de sa base de données. Dans 36% des cas, le prix de référence utilisé est le prix plus cher trouvé chez les concurrents, «ce qui aura pour effet de gonfler artificiellement le rabais», note-t-elle.

Des écarts très importants

Ce flou pénalise clairement l'acheteur. D'après l'UFC-Que Choisir, l'écart entre les baisses affichées et les baisses réelles - calculées en utilisant comme prix de référence la moyenne des prix pratiqués par le vendeur sur son site durant les 4 mois précédent la promo- est important. «Alors que les rabais étaient de 18,6% en moyenne pour les téléviseurs, 23,3% pour les lave-linge et 25% pour les réfrigérateurs, nos calculs montrent que les baisses sont en fait bien plus modestes: -4,8% en moyenne pour les téléviseurs, -0,9% pour les lave-linge et -2,4% pour les réfrigérateurs, soit entre 14 et 22 points de moins qu'affiché!», s'indigne l'association.

Autre problème: le consommateur, qui pense profiter de ces promotions pour acheter moins cher que chez la concurrence, se trompe. L'UFC-Que Choisir prend l'exemple d'un lave-linge Brandt vendu 698 euros chez Conforama après un rabais affiché de -25% et vendu le même jour chez But à 659 euros sans rabais ou encore 629 euros chez Darty, toujours hors promotion. «Au global, loin des montants de rabais affichés, le gain potentiel que pourra réaliser le consommateur en achetant ces promotions reste en moyenne bien modeste: -4,3% en moyenne sur les téléviseurs, -7,2% sur les réfrigérateurs et -8% sur les lave-linge», prévient l'étude.

En cette période d'achat de cadeaux, l'UFC-Que Choisir recommande donc «de ne pas se laisser influencer par ces rabais mirifiques trop souvent sans lien avec la réalité, mais au contraire de réaliser leur choix en comparant les sites sur la base du prix de vente intégrant tous les frais (transports, livraison …), ainsi que la qualité des services du commerçant». L'association appelle aussi les autorités à «rendre obligatoire l'affichage de la justification du prix de référence à proximité immédiate de celui-ci» car «l'impératif de loyauté impose désormais d'assurer la transparence sur les pratiques des professionnels».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titus82 il y a 12 mois

    Que fait la DCCRS quand nous oublions un prix sur les marchés on est sanctionner là c'est de la publicité mensongère