Meeting à Strasbourg : la leçon de démocratie de Macron

le , mis à jour à 09:26
12
Meeting à Strasbourg : la leçon de démocratie de Macron
Meeting à Strasbourg : la leçon de démocratie de Macron

Dans le TGV qui le conduit vers Strasbourg, Emmanuel Macron sourit en pensant à la « nervosité de l'écosystème politique ». « Cela traduit une fébrilité, une angoisse. Moi, je suis toujours calme », glisse-t-il. « Emmanuel, vous le mettez dans un aquarium, il nage », appuie son épouse, Brigitte. Mais, la partie qu'il joue là est serrée. Dans quelques heures, face à plus d'un millier de partisans, il présentera son « diagnostic » sur l'état de la France. L'ancien ministre de l'Economie est attendu au tournant. Sa « grande marche » -- 300 000 portes « frappées », 100 000 ouvertes et 25 000 questionnaires remplis -- a fait sourire. Il doit prouver qu'il ne s'agissait pas d'un gadget.

 

Macron a choisi d'en présenter la synthèse en trois étapes. Avant « la vie quotidienne » (le 11 octobre au Mans) et « la vie ensemble » (le 18 octobre à Montpellier), il a attaqué avec la thématique du renouveau démocratique, hier soir, dans la capitale alsacienne. Et ce, alors que François Hollande doit prononcer demain un discours sur la démocratie !

 

VIDEO. Emmanuel Macron esquisse de premières pistes à Strasbourg

 

 

 

« Je voudrais que les Français se disent : Ça va être différent, parce qu'il nous considère », confie-t-il. La scénographie de ce premier meeting a été imaginée à dessein : une estrade au milieu du public pour parler aux gens « comme dans une agora ». Et un début consacré à des témoignages de marcheurs. Macron ambitionne de « répondre au déficit d'adhésion démocratique, de responsabilité et d'efficacité politique ». « C'est l'une des conditions pour faire. Si l'on ne rétablit pas ça, on ne peut pas reprendre langue avec les gens. »

 

Devant la presse, conviée en amont du meeting dans un palais des congrès aussi gris que désert, l'ex-ministre dévoile ses pistes pour résorber le « malaise démocratique ». Introduire une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA il y a 4 mois

    La proportionelle s'est le désordre, regarder en Espagne ou en Belgique... Quel retour en arrièrre pour la France !

  • janaliz il y a 4 mois

    Si on met à part les 1600 jours de hollande, on consommait entre 1946 et 1958 un nombre impressionnant de ministres et de ministères. Ce qui ne manquait pas de créer de nombreux ayants-droit au régime de retraite ministériels..., mais ce qui est plus grave impliquait que le pouvoir était exercé réellement par des hauts fonctionnaires non élus et défendant leurs prébendes. Il semble que ce temps-là est déjà entrain de faire un retour fracassant...

  • jackcort il y a 4 mois

    Macron un cheval de Troie de la grande finance, qui a réussi à l’infiltrer dans un gouvernement

  • g.marti4 il y a 4 mois

    janaliz : quelle différence avec la période 1946-1958 ? Il n'y en a pas... Les arrangements des partis se font avant les votes dit "démocratiques". Regardez la gauche, Hollande est passé parce que le PS, les verts, les communistes, etc... se sont entendus avant. Les partis actuels se foutent de celui qui sera président, ils combinent pour les législatives. Alors qu'est-ce qui a changé ? RIEN

  • frk987 il y a 4 mois

    Un ado attardé, voilà son portrait.

  • dhote il y a 4 mois

    J'a peur qu'il ne soit qu'un rêveur ...comme les autres il commence par critiquer la droite au lieu de proposer.

  • M371245 il y a 4 mois

    une macronade qui finira en macroniteun grand classique

  • M8637171 il y a 4 mois

    En fait peu de gens disent aux français la réalité du pays. Mais il est vrai la connaissent-ils ? Chacun a sa part de connaissance restreinte mais peu ont une vue globale et précise. D'ailleurs nos politicien s'en foutent, ils roulent pour eux mêmes et leurs petits soldats.

  • janaliz il y a 4 mois

    le pied-tendre propose la proportionnelle ... Hilarant... Un radical socialiste dans toute sa splendeur... On a vu (façon de parler) ce qu'il en était entre 1946 et 1958... Le règne de la combine et des petits arrangements entre amis... On a vu aussi où a conduit la dernière longue marche...

  • g.marti4 il y a 4 mois

    J'"avais de l'espoir en Macron et voilà... patatrac... le veut créer une commission de citoyens en plus du parlement, c-à-d qu'il rajoute une feuille au mille-feuilles. Ce que j’attends c'est celui qui réduira notre système politico-administratif.