Meeschaert AM parachève sa révolution culturelle

le
0

(NEWSManagers.com) - Au stade actuel, le choix de la famille Meeschaert a été clair : " on continue" . De sorte qu'il a fallu mettre en musique une véritable révolution culturelle, dont la partition pour Meeschaert Asset Management (MAM) a été confiée voici deux ans à Philippe Troesch, directeur de la gestion, président du directoire de MAM et membre du comité exécutif de Meeschaet Gestion Privée. Les projets sont ambitieux, à la mesure des contraintes réglementaires .

" Nous avons actuellement trois gros chantiers pour le début de 2014. D'abord, celui de l'externalisation des fonctions de valorisateur/dépositaire, historiquement logées chez Financière Meeschaert, parce qu'il nous faut un partenaire neutre avec des fonds propres importants pour pouvoir se développer. Le prestataire sera choisi dans les semaines qui viennent. Le deuxième est un changement de système informatique et le troisième consiste à organiser le middle office en redéfinissant les tâches et en réaffectant les ressources jusqu'ici dédiées au back office" , a expliqué Philippe Troesch à Newsmanagers.

Par ailleurs, Meeschaert Asset Management ambitionne d'étendre sa gamme de gestion alternative en sollicitant d'une part un agrément AIFM et d'autre part en recrutant une grande pointure dans ce domaine. Le premier produit devrait être un fonds événementiel sur l'Europe, le deuxième, à plus long terme, pouvant être un long/short equity.

" Nous avons également l'intention d'explorer les possibilités du Luxembourg pour muscler nos capacités de distribution et de référencement" , précise Philippe Troesch, avant d'ajouter : " L'une de nos ambitions consiste à équilibrer à terme nos encours à 50/50 entre gestion privée et gestion externe, tant sur le retail que sur la clientèle institutionnelle. Nous sommes déjà référencés sur 1818 et envisageons de solliciter l'intégration de notre offre sur plusieurs autres plates-formes" .

Ce qui s'explique aisément au vu des chiffres, puisqu'au 31 août le groupe Meeschaert affichait environ 2,8 milliards d'euros d'encours en gestion privée, 1,8 milliard en gestion d'actifs dans 62 fonds dont 15 ouverts et 600 millions en family office, soit au total 5,2 milliards d'euros gérés ou conseillés, contre environ 4,2 milliards en début d'année ; les souscriptions nettes ont porté sur environ 150 millions d'euros pour les fonds, qui représentent actuellement un volume de 1,3 milliard, soit 230 millions de plus que fin décembre.

Philippe Troesch complète : " Nous demeurons acheteurs, même après l'acquisition récente d'EFG Assurances. L'important est la capacité à intégrer l'outil et les ressources humaines. Cette croissance externe peut passer par l'acquisition d'une société de gestion, d'une équipe ou d'un CIF" . Signe que l'entreprise conserve un ressort important.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant