Méditerranée : la Marine française sauve 327 migrants au large des côtes italiennes

le , mis à jour à 10:47
0
Méditerranée : la Marine française sauve 327 migrants au large des côtes italiennes
Méditerranée : la Marine française sauve 327 migrants au large des côtes italiennes

Les marins français sont à l'honneur face au drame des migrants. Le patrouilleur de haute mer Commandant Bouan, de la Marine nationale, a procédé samedi matin au sauvetage de 327 naufragés en détresse dans un navire de pêche surchargé et en panne au large des côtes italiennes. Parmi les 327 migrant pris en charge par les marins français se trouvaient 100 femmes, dont quatre sont enceintes, et 32 enfants. Le Commandant Bouan fait actuellement route vers le port italien de Tarente pour y débarquer les naufragés.

La patrouilleur de la Marine nationale est intervenu samedi matin, alors que le navire de pêche était à près de 400 nautiques (740 km) au sud-est des côtes italiennes, selon la préfecture maritime de la Méditerranée. L'opération a débuté à 6 h 35 dans «des conditions de mer et matérielles contraignantes» explique au Parisien.fr le commandant Yann Bizien, porte-parole de la préfecture maritime de la Méditerranée. Les 327 migrants voyageaient «à bord d’un navire de pêche saturé par un volume important d’hommes, de femmes et d’enfants de différentes nationalités, notamment iranienne, érythréenne, syrienne, somalienne, soudanaise, égyptienne et libyenne», précise la préfecture maritime de la Méditerranée.

VIDEO. La marine nationale secourt 327 migrants

Affamés depuis une semaine

Le commandant Bizien insiste sur l'urgence du sauvetage réalisé samedi matin : «Le navire des migrants était en véritable situation de détresse. Il était à la dérive, faute de carburant, lorsque nous sommes intervenus. Les passeurs avaient abandonnés le navire à notre arrivée.» A l'évidence, si les marins français n'avaient pas repéré leur navire, les 327 migrants risquaient de voir la mort de près. «La plupart d'entre eux n'avaient pas mangé depuis six jours et nous avons dû faire face à des cas de déshydratation avérés», précise le porte-parole de la préfecture maritime. Le personnel du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant