Méditerranée : jusqu'à 500 migrants auraient trouvé la mort dans un naufrage

le , mis à jour à 19:04
0
Méditerranée : jusqu'à 500 migrants auraient trouvé la mort dans un naufrage
Méditerranée : jusqu'à 500 migrants auraient trouvé la mort dans un naufrage

La Méditerranée pourrait avoir été le théâtre d'une nouvelle catastrophe d'ampleur. Selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), jusqu'à 500 migrants auraient péri dans un récent naufrage. Après avoir été secourus la veille en haute mer, des migrants arrivés dimanche à Kalamata, en Grèce, ont raconté avoir assisté à ce naufrage, a expliqué Carlotta Sami, porte-parole pour l'Europe du Sud du HCR.

Les 41 survivants (37 femmes, trois femmes et un petit garçon de 3 ans) de Kalamata, dont plus de la moitié sont Somaliens, ont pris la mer à une date encore indéterminée près de Tobrouk, dans l'est de la Libye. Leur bateau, long de 30 mètres, transportait entre 100 et 200 personnes. Après plusieurs heures en mer, les passeurs ont essayé de les transférer sur un bateau plus grand qui transportait déjà «des centaines de personnes dans des conditions terribles de surcharge», selon un communiqué du HCR.

«A un moment pendant le transfert, le plus grand bateau a chaviré et coulé», a poursuivi le Haut commissariat. Les 41 survivants sont ceux qui n'étaient pas encore montés à bord de ce second bateau, dont on ne sait pas d'où il était parti, et ceux qui ont réussi à nager jusqu'au plus petit bateau après le naufrage. Ils ont dérivé en mer «pendant peut-être trois jours» avant d'être repérés et secourus samedi par un navire marchand qui les a débarqués dimanche à Kalamata, dans la presqu'île du Péloponnèse.

Crainte d'une nouvelle succession de drames

«Les témoignages concordent», a assuré à une porte-parole du HCR en Grèce, expliquant qu'un agent de l'organisation avait pu s'entretenir avec les survivants, avec l'aide d'un interprète. «Certains disent avoir perdu des proches», a-t-elle ajouté.

En septembre 2014, un autre drame impliquant un transbordement en pleine mer avait déjà fait jusqu'à 500 morts : les migrants refusant de monter sur une embarcation plus petite, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant