Médicaments : quand la pénurie menace

le
2
Les difficultés d'approvisionnement se multiplient dans les officines comme à l'hôpital. Notamment en cause, un circuit de fabrication mondialisé qui met les usines de production à la merci du moindre imprévu.

Comme l'a mis cet été en lumière l'affaire du Lévothyrox, médicament prescrit dans les pathologies de la thyroïde, les ruptures d'approvisionnement s'installent dans les pharmacies. Actuellement, le site de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) signale 45 spécialités en rupture de stock. Dans la réalité, le nombre d'absents dans les pharmacies de ville est bien plus important.

«Sur le mois de septembre, nous avons comptabilisé 539 médicaments manquants», révèle Isabelle Adenot, présidente de l'Ordre des pharmaciens, après une expérience pilote menée dans 200 officines. Tous ces médicaments ne sont pas essentiels et la plupart peuvent être remplacés par un produit d'une autre marque ou un générique. Mais cela d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 11 nov 2013 à 18:01

    Si ce gouvernement de m.. avait quelques lueurs d'indépendance nationale, ce serait sûrement sur la relance de l'industrie pharmaceutique et la révision du numerus clausus des études médicales mais vaut mieux aider "Pigeot" et ses m... de diésels.

  • frk987 le lundi 11 nov 2013 à 17:58

    Par ce biais on va régler définitivement le déficit de la SS et celui des retraites. l'espérance de vie dans 10 ans en France sera celle du tiers monde. Non seulement les médicaments mais les médecins qui partent à la retraite sans remplacement.