Médicaments innovants : Vers des prix plus contrôlés et moins élevés

le
0
Médicaments innovants : Vers des prix plus contrôlés et moins élevés
Médicaments innovants : Vers des prix plus contrôlés et moins élevés
  Dans un projet d’avis rendu public cette semaine, le Conseil économique et social (Cese) insiste sur la nécessité d’instaurer de nouvelles règles tarifaires « plus transparentes » pour rendre accessible à tous les médicaments innovants. « L’augmentation des prix des médicaments innovants conduit à une hausse prévisible des dépenses de santé, qui remet en cause leur soutenabilité à moyen terme et qui soulève le risque de sélection des malades », prévient plus précisément le Cese dont le projet d’avis a été adopté par 176 voix pour et 1 abstention.

Impact médico-économique

Face à ces constats, le conseil préconise donc de mettre en place « rapidement » des études prospectives sur l’impact financier des traitements innovants et de les intégrer dans le rapport annuel de la Cour des comptes sur l’application de la loi de financement de la Sécurité sociale. Il invite également à accorder une place « plus importante à l’impact médico-économique » dans le processus de fixation des prix, ces derniers ne reflétant « pas suffisamment le caractère innovant du traitement ». « Les mécanismes de régulation ne différencient pas suffisamment les innovations de rupture qui apportent un changement important, permettant la guérison ou un gain significatif dans l’espérance de vie par exemple, des innovations consistant à améliorer le traitement sans changement de procédé », déplore-t-il.

Revoir les prix en fonction des résultats de ces études

Il estime aussi nécessaire de « favoriser l’évaluation en vie réelle de l’efficacité » des médicaments, puis de revoir les prix en fonction des résultats de ces études. Sur ce point et alors que la transparence est un « facteur de modération », le Cese préconise de garantir le principe de représentation des associations agrées (association d’usagers par exemple) pour améliorer l’arbitrage financier sur la prise en charge des traitements innovants. Enfin, le conseil appelle à la mise en place de mécanismes d’échanges d’informations entre pays membres de l’Union européenne.

Industrie pharmaceutique et « juste prix »

Présente au Cese, la ministre de la Santé Marisol Touraine a, elle, jugé nécessaire « de demander  agences de médicaments d'exiger des industriels la participation des usagers » dans l'évaluation du bénéfice d'un médicament et d'une innovation. La ministre a, par ailleurs, invité l'industrie pharmaceutique à réfléchir « au juste prix ». S'adressant au laboratoire Gilead, en pleine négociation sur une baisse du prix de son traitement contre l'hépatite C, Marisol Touraine a menacé d'utiliser un nouvel outil de régulation prévu dans le dernier budget de la Sécurité sociale.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant