Mediator : peu de victimes indemnisées

le
0
Le Parisien relève que 85% des demandes d'indemnisation sont retoquées. Le lien entre la prise du médicament et les pathologies cardiaques est très difficile à prouver.

L'affaire du Mediator, ce médicament utilisé officieusement comme coupe-faim, mais répertorié officiellement comme antidiabétique, n'en finit pas de faire des vagues. Des dizaines de milliers de personnes ont pris cette molécule entre 1976 et 2009, date à laquelle ont été enfin reconnues les complications graves de ce produit des laboratoires Servier: entre 500 et 2000 décès lui ont été attribués en 33 ans. Pour les autres personnes traitées, victimes d'éventuelles atteintes des valves cardiaques (principales complications avec l'hypertension artérielle pulmonaire), l'État a mis en place en septembre 2011 une commission d'indemnisation sous l'égide de l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam).

Selon des chiffres publiés mercredi soir, l'Oniam annonce que 20 dossiers d'indemnisations ont été acceptés et 563 rejetés sur les 1114 examinés depuis novembre 2011, par son collège d'experts composé d'un cardiologue, d'un pneumologue, d'un sp...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant