Mediator : les dérives des prescriptions

le
0
Les effets secondaires du médicament sont aujourd'hui encore trop souvent niés par les cardiologues, déplorent certains spécialistes.

Une nouvelle étude enfonce le clou. Réalisée à partir de 2576 fiches de patients ayant pris du Mediator, elle confirme que ce médicament a été prescrit majoritairement en dehors de son autorisation de mise sur le marché (AMM). Présenté comme ­antidiabétique, il a été en réalité prescrit comme coupe-faim dans près de deux cas sur trois. «Notre étude permet de mettre en évidence une caractéris­tique majeure de cette crise sanitaire : le mésusage du produit», souligne David Koenig, l'auteur de l'étude publiée le 8 août sur le site de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Les femmes en surpoids ont été les plus nombreuses à prendre du Mediator hors AMM.

L'étude confirme également que les attaques des valves cardiaques augmentent avec la dose et la durée du traitement. Elle fait bien ressortir que certains médecins ont eu parfois la main très ­lourde. La moitié des patients ont pris trois comprimés p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant