Médiation religieuse d'urgence en Nouvelle-Calédonie  

le
0
Quatre jeunes ont été tués par balle samedi, sur fond de blocage d'un aérodrome. Lundi, les barrages routiers sur l'île de Maré ont été levés.

Journée de deuil à Maré, une des quatre îles Loyauté qui dépendent de la Nouvelle-Calédonie, après l'explosion de violence de samedi dernier. Quatre jeunes gens ont trouvé la mort et 23 personnes ont été blessées lors d'un affrontement qui a dégénéré en fusillade sur l'île située à 200 km au large de la Grande Terre et peuplée par quelque 6000 habitants. Dimanche, le climat restait tendu à Maré, selon le haut-commissaire Albert Dupuy, représentant du gouvernement dans cette collectivité d'outre-mer. «La situation s'est stabilisée», rassure Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-Mer.

À l'origine des heurts meurtriers de ce week-end : le blocage, depuis plusieurs semaines, de l'aérodrome de La Roche par un collectif d'usagers qui protestent contre la hausse du prix des billets d'Air Calédonie, dite «Aircal». Cette compagnie intérieure, pour la majeure partie propriété des trois provinces de Calédonie et du gouvernement local, se dit proche d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant