Mediaset ne renonce pas à l'accord avec Vivendi

le
0
 (Actualisé avec déclarations, précisions) 
    MILAN, 8 novembre (Reuters) - Le diffuseur italien Mediaset 
 MS.MI  a toujours l'intention de concrétiser l'accord avec 
Vivendi  VIV.PA  au sujet de sa télévision payante malgré la 
bataille juridique engagée avec le groupe français et son impact 
négatif sur les résultats du troisième trimestre publiés mardi. 
    Les deux groupes sont en conflit depuis que Vivendi a remis 
en cause en juillet l'accord conclu au printemps qui prévoyait 
son rachat de 100% de Mediaset Premium, une opération assortie 
d'un échange de participations croisées de 3,5%.   
    "Nous sommes toujours fermes sur la validité de l'accord 
existant contraignant signé en avril (...) et n'attendons 
(aucun) autre scénario que l'exécution du contrat", a dit le 
directeur financier de Mediaset, Marco Giordani, lors d'une 
conférence téléphonique avec des analystes. 
    Le groupe milanais a saisi la justice italienne pour 
réclamer des indemnités et le respect du contrat signé. Il 
souhaite aussi la saisie de 3,5% du capital de Vivendi. 
  
    Prié de dire si Mediaset Premium serait en mesure de 
soumettre des offres pour les droits de retransmission de deux 
importantes compétitions de football, la Serie A italienne et la 
Ligue des champions européenne, deux procédures prévues au 
premier semestre 2017, Marco Giordani a répondu, en allusion 
manifeste à Vivendi, que "ce sera au nouvel acquéreur de 
décider". 
    La perte nette de Mediaset s'est creusée à 88,8 millions 
d'euros au troisième trimestre contre 60 millions un an 
auparavant. 
    Le diffuseur a enregistré 50 millions d'euros de charges 
exceptionnelles imprévues liées à l'accord sur Premium. 
    Il a affirmé que la décision de Vivendi de se retirer de 
leur accord avait ralenti la croissance des ventes de Premium, 
qui a été de 5% au troisième trimestre contre 16% au premier 
semestre. 
    "Nous avons perdu l'occasion de profiter au cours de ce 
trimestre des droits exclusifs sur le football (détenus par la 
télévision payante)", a dit le directeur financier. 
    Dans le cadre d'un accord transitoire de gestion prévu en 
avril, toutes les décisions relatives à Premium devaient être 
prises par Vivendi jusqu'à l'expiration de cet accord. Le groupe 
français a fait savoir fin octobre qu'il mettait fin à cette 
gestion provisoire. 
    Pour Marco Giordani, Premium a été paralysée dans cette 
période, notamment sur le plan commercial, face à une 
concurrence offensive. 
    "Nous reprenons les manettes", a dit Marco Giordani, en 
promettant de initiatives pour gonfler les revenus et le nombre 
d'abonnés tout en jugeant qu'un trimestre avait été perdu. 
 
 (Giulia Segreti, Wilfrid Exbrayat et Bertrand Boucey pour le 
service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant