Médias et loisirs tirent l'essentiel de leur croissance du numérique

le
0
Médias et loisirs tirent l'essentiel de leur croissance du numérique
Médias et loisirs tirent l'essentiel de leur croissance du numérique

(AFP) - Le numérique génèrera 64% de la croissance mondiale du secteur des médias et loisirs en 2017 et sa contribution au marché français devrait atteindre 20% à cette échéance, grâce notamment au dynamisme du mobile, selon une étude PricewaterhouseCoopers (PwC) publiée mercredi.La 14è édition de l'étude annuelle "Global Entertainment and Media Outlook" sur les perspectives de cette industrie, réalisée dans 50 pays, prévoit que le marché mondial des médias et loisirs (musique jeux vidéo cinéma etc..) va croître de 5,6% en moyenne par an passant de 1.270 milliard d'euros en 2012 à 1.674 milliard en 2017.

Dans les pays "matures" (Amérique du Nord, Europe de l'Ouest, Japon, Australie, France) le secteur devrait connaître une croissance moyenne annuelle de 3,7%. Le poids de cette zone devrait ainsi décroître de 80% à 67% entre 2008 et 2017.

En France, les médias et loisirs génèreront une croissance de 2,4% en moyenne par an d'ici 2017 (incluant les revenus consommateurs et la publicité, NDLR), qui sera "principalement portée par le numérique (+15% par an en moyenne)", a expliqué à l'AFP Matthieu Aubusson, associé chargé des médias.

La part du numérique sur le marché français devrait passer de 11% en 2012 à 20% en 2017, "au détriment du physique (CD,DVD etc..) qui devrait décroître de 0,2% par an en moyenne, avec une perte de 400 millions d'euros de revenus sur la période", a-t-il ajouté.

A l'échelle mondiale, les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) mais aussi l'Argentine et l'Indonésie verront leur contribution aux revenus mondiaux presque doubler durant la période 2008-2017 (de 12% à 22%). Ces pays génèreront ainsi 37% de la croissance globale du secteur.

"Mais si les pays émergents progressent vite, ils ne prennent pas encore le relais des pays matures, qui restent les marchés les plus importants en dépit d'une croissance plus faible", ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant