Médias et journalistes dans le viseur de Patrick Balkany

le
1
Le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret Patrick Balkany.
Le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret Patrick Balkany.

Des propositions qui ne passent pas inaperçues. Comme l'indique Le Lab d'Europe 1, Patrick Balkany a déposé mercredi, profitant du dernier jour de la session extraordinaire au Parlement, trois propositions de loi visant les médias et les journalistes. Le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret appelle ainsi à la « suppression des aides à la presse écrite », la « privatisation de l'audiovisuel public », ainsi que la « suppression de l'avantage fiscal dont bénéficient les journalistes dans le calcul de leur impôt sur le revenu ». Les journalistes ont en effet une niche fiscale qui leur permet de réduire leurs revenus de 7 650 euros par an.

Si l'exposé des motifs de l'élu n'a pas encore été publié sur le site de l'Assemblée nationale, certains pensent déjà à un règlement de comptes, les relations entre le député-maire et les journalistes n'étant vraiment pas bonnes. Au mois de février 2014, Patrick Balkany avait ainsi confisqué la caméra d'un journaliste de la chaîne de télévision BFM TV, avant de faire un bras d'honneur deux mois plus tard à la caméra accompagnant le journaliste Cyrille Eldin de Canal+. Quant à l'épouse de l'élu des Hauts-de-Seine, Isabelle Balkany, elle s'était félicitée il y a quelques semaines de la fin de saison du Petit Journal, assurant sur Twitter : « Ça nous fait incontestablement des vacances ! »

 

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • GR207 le vendredi 24 juil 2015 à 12:40

    Malgré le côté sulfureux du personnage il a raison. Privatisation, suppression des aides à la presse et des avantages fiscaux injustifiés accordés aux journalistes. Des mesures de bon sens qui n'ont aucune chance d'être adoptées car non seulement les journalistes sont la première clientèle socialiste, juste avant les fonctionnaires, mais en plus le soutien des journalistes aux politiciens socialistes est fondamental pour le maintien de la dictature "douce" mise en place par cette oligarchie.