Medef : Parisot dénonce la «misogynie» de Gattaz

le
4
Medef : Parisot dénonce la «misogynie» de Gattaz
Medef : Parisot dénonce la «misogynie» de Gattaz

«Un superbe exemple de misogynie». C'est dans ces termes que Laurence Parisot a répliqué, ce mercredi sur RMC, à son successeur à la tête du Medef, Pierre Gattaz. Elle était interrogée sur la lettre qu'il lui a adressée lundi et que «le Monde» s'est procurée mardi.

«Votre statut d'ancienne présidente du Medef et de présidente d'honneur, vous impose plus qu'à quiconque, et comme à vos prédécesseurs, une obligation de réserve dans votre commentaire sur l'action de notre institution», y écrit le président de l'organisation patronale. Se disant «choqué» de «certaines» des positions récentes de sa prédécesseure sur des sujets qu'il portait, l'actuel patron des patrons l'appelle à l'«unité patronale».

Désaccord sur les salaires et les intermittents

«Que tous ceux et celles qui ont envie de lire la lettre la lisent, parce que c'est aussi, franchement, un superbe exemple de misogynie : Femmes, taisez-vous !», a déclaré Laurence Parisot. «C'est une façon stupéfiante et même choquante de réécrire l'histoire, c'est comme s'il souhaitait que, de Gattaz à Gattaz, il ne se soit jamais rien passé», s'est-elle exclamée, en référence à Yvon Gattaz, père de Pierre, qui a également été président du CNPF (nom du Medef de l'époque) de 1981 à 1986.

«D'abord je n'ai pas reçu cette lettre, celle-ci a été adressée plus rapidement au Monde (...) que mise dans une boîte aux lettres et, ensuite, quand on lit ce que reproduit le Monde, on constate que mon successeur me demande de ne plus m'exprimer et surtout de ne plus faire état du fait que j'ai été présidente du Medef», a-t-elle expliqué. Elle fait référence à l'avant-dernier paragraphe de la lettre, l'enjoignant dans ces termes : «A tout le moins, il nous semble important que vous puissiez veiller, quand vous intervenez dans les médias, à ce que la mention ancienne présidente du Medef ne soit pas mentionnée».

Plusieurs fois, notamment sur la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5138755 le mercredi 7 mai 2014 à 16:15

    Que de gesticulation pour dire que l'autres doit ce taire et que leautres pique dans la caisse soit plus 29% d'augmentation de son salaire et que les frais du MEDEF sont grandissime à mois les 5 ***** gratuit et on necissite à rajouter deux petit déjeuner de la bonne.

  • cresus57 le mercredi 7 mai 2014 à 15:10

    Ils sont à pleurer tous les deux. C'est à celui qui gagnera le concours de la mauvaise foi.

  • Julie.G le mercredi 7 mai 2014 à 15:01

    Coucou quand même, mais t'es heureuse ou pas d’être partie?

  • Julie.G le mercredi 7 mai 2014 à 15:01

    Fallait pas paraitre aussi désireuse de faire l’étable au medef pour la vie...