Medef : Gattaz ravive la guerre avec Parisot

le
0
Medef : Gattaz ravive la guerre avec Parisot
Medef : Gattaz ravive la guerre avec Parisot

Rien ne va plus au siège parisien du grand patronat français, avenue Bosquet. Ce matin, une réunion en petit comité se tient à l'abri des regards pour parler d'un sujet qui fait grincer des dents en interne : le changement des règles de l'élection du président. Une réforme des statuts du Medef voulue par son président, Pierre Gattaz, qui sera présentée au conseil exécutif (gouvernement) le 16 mars, puis soumise au vote de l'assemblée générale à la mi-mai. De quoi s'agit-il ?

Alors que l'ex-patronne du Medef, Laurence Parisot, avait voulu renouveler son mandat au-delà des huit ans prévus dans les statuts, l'actuel patron des patrons a décidé de raccourcir le mandat du président à une seule période de cinq ans non renouvelable dès 2016 (contre cinq ans renouvelables de trois ans actuellement). Officiellement, pour lutter contre le syndrome de l'apparatchik. De nouvelles règles qu'il compte s'appliquer à lui-même -- comme il l'avait promis lors de sa campagne -- pour pouvoir reprendre les rênes de son entreprise, Radial. Pas question, a fait savoir Pierre Gattaz arrivé en 2013, de repartir pour trois ans, comme l'ont fait ses deux prédécesseurs. « Cela lui permet de jeter le gant plus vite, soit en 2018, et d'éviter d'avoir à se représenter », analyse un expert du patronat.

Six des sept membres du comité statutaire ont claqué la porte

Jeudi dernier, des fuites sur le projet encore confidentiel de Pierre Gattaz ont mis le feu aux poudres et provoqué la démission de la quasi-totalité des membres du comité statutaire du Medef. Six des sept membres ont claqué la porte pour protester contre des méthodes de gouvernance jugées à la hussarde. « On ne nous a même pas consultés alors que cette instance est censée être la seule à pouvoir faire des propositions ! » affirme l'un des démissionnaires, qui n'a pas apprécié la création d'un groupe de travail conduit par un ancien opposant à Laurence Parisot, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant