Medef : Gattaz ne veut pas de parachute doré «lorsqu'il n'y a pas de résultats»

le
8
Medef : Gattaz ne veut pas de parachute doré «lorsqu'il n'y a pas de résultats»
Medef : Gattaz ne veut pas de parachute doré «lorsqu'il n'y a pas de résultats»

Le président du Medef, Pierre Gattaz, a estimé dimanche qu'il «ne devrait pas y avoir» de parachute doré pour les dirigeants d'entreprise «lorsqu'il n'y a pas de résultats». De fait, il a justifié cette prime de départ lorsqu'elle est «liée à une réussite, à des responsabilités, à une prise de risque, à des résultats». Mais si tel n'est pas, «il ne devrait pas y avoir de bonus, bien évidemment», a-t-il déclaré, invité dans le magazine «Le Supplément» sur Canal+.

Le débat sur les parachutes dorés a été relancé cette année par plusieurs affaires qui ont suscité de vives réactions. En avril, l'ancien PDG de Vivarte, Marc Lelandais, avait reconnu avoir touché plus de 2 millions d'euros lors de son licenciement en octobre, dont «une indemnité de sortie de 1 million d'euros». Le groupe de distribution spécialisé dans l'habillement a depuis annoncé la suppression de 1600 postes et la fermeture de plus de 200 magasins de ses enseignes La Halle aux Vêtements et André.

En revanche, Michel Combes, patron de l'équipementier Alcatel-Lucent, racheté en avril par le finlandais Nokia, a renoncé à une indemnité de départ de 2,4 millions d'euros et au paiement des actions qui lui ont été attribuées en 2013 et 2014.  En février, gouvernement et syndicats s'étaient indignés du «bonus de bienvenue» de 4 millions d'euros attribué au nouveau dirigeant du groupe pharmaceutique Sanofi, Olivier Brandicourt.

Le patron du Medef «n'a jamais promis un million d'emplois»

Par ailleurs, le patron des patrons a de nouveau affirmé qu'il n'avait «jamais promis un million d'emplois au président Hollande face au pacte de responsabilité», comme il l'avait déjà assuré en mars. En octobre 2013, trois mois après son élection à la présidence du Medef, Pierre Gattaz avait écrit dans une lettre à ses 750.000 adhérents : «L'ambition que nous vous proposons, c'est de créer un million d'emplois en cinq ans.»

Cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • klein44 le lundi 1 juin 2015 à 12:05

    que lui arrive t il? il était à Lourdes ou est il victime d'un avc????

  • frk987 le lundi 1 juin 2015 à 11:42

    C'est évident, un PDG qui fait doubler le prix d'une action mérite un parachute, les nuls qui coulent la boutiques....ne méritent RIEN même pas leur salaire (Lauvergeon par exemple, Mestrallet....etc.) . C'est incroyable qu'il faille dire et redire des évidences. Bravo Gattaz.

  • M5579611 le lundi 1 juin 2015 à 11:41

    1 million d'emplois en 5 ans, c'est moins que l'exige le simple renouvellement de la population. Autrement dit, il n'y a aucune raison de subventionner les patrons en contre partie. REMBOURSEZ!

  • d.e.s.t. le lundi 1 juin 2015 à 11:28

    Il faudrait que ça soit valable aussi pour les politiques qui, à part quelques initiatives courageuses comme celles de NKM ou BLM (Le Maire), retrouvent leur parachute de la Fonction publique, de plus en plus appelée la Ponction publique!

  • khmane08 le lundi 1 juin 2015 à 11:25

    lui il s'y connait question parachute, le fiston

  • salar12 le lundi 1 juin 2015 à 11:20

    Des résultats... facile à dire, difficile à définir. Il est très facile de reporter des pertes dans le futur, il suffit de regarder le système de retraite en France. Sous-estimé les provisions, le hors bilan, etc... et tout va bien. Et que l'on ne vienne pas dire que les commissaires aux comptes sont là pour ça: la comptabilité n'a rien a voir avec la valorisation.

  • p.cuquel le lundi 1 juin 2015 à 11:15

    Fait gaffe Pierre : les patrons vont se mettre en gréve si tu les pousses trop...

  • NYORKER le lundi 1 juin 2015 à 11:12

    Sac de couchage si pas de résultat ou parachute en or massif avec résultats massifs ?