Medef : Gattaz désormais assuré de succéder à Parisot

le
4
Medef : Gattaz désormais assuré de succéder à Parisot
Medef : Gattaz désormais assuré de succéder à Parisot

Coup de théâtre dans la course à la présidence du Medef. Deux candidats à la présidence du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux et Patrick Bernasconi, ont finalement décidé de se retirer pour se rassembler derrière la candidature de Pierre Gattaz, désormais seul en lice pour succéder à Laurence Parisot lors de l'élection interne du 3 juillet. En échange de leur ralliement, les deux challengers ont obtenu la vice-présidence.

Les trois dirigeants ont officialisé cet accord, révélé par le Figaro, via un communiqué. «L'équipe que nous constituerons tous les trois s'appuiera sur un conseil exécutif représentatif, notre instance de gouvernance, et sur la mobilisation des branches et des territoires, qui sont les composantes essentielles de notre mouvement», ont-ils indiqué, appelant à une «union pour les entreprises de France».

Le trio a tenu à expliquer ce rebondissement dans la course à la tête du Medef au cours d'une conférence de presse en milieu d'après-midi. «Nous nous sommes mis d'accord pour que le Medef soit uni et fort», ont repris à l'unisson les candidats. Ils ont aussi espéré envoyer un message «d'exemplarité aux hommes politiques». Ils présenteront leur équipe avant l'élection afin d'assurer la transition avec les dirigeants sortants.

Gattaz doublé par Bézieux au vote consultatif

Largement présenté comme le favori de l'élection prévue le 3 juillet, du fait du soutien de plusieurs fédérations importantes, Pierre Gattaz est pourtant arrivé en seconde place au vote du Conseil exécutif du Medef le 3 juin avec 18 voix, contre 19 pour le patron d'Oméa (Virgin mobile). II était donc reparti à l'offensive cette semaine en s'affichant comme un patron de terrain voulant être jugé sur les faits.

C'est le fils d'Yvon Gattaz, l'ancien patron des patrons, président du CNPF, l'ancêtre du Medef de 1981 à 1986. Désireux de balayer une image de «fils à Papa» et d'industriel des temps passés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CUENCAL le jeudi 13 juin 2013 à 17:14

    Un exemple que ferait bien de suivre un grand nombre de nos politiques

  • cab.lcl le jeudi 13 juin 2013 à 16:34

    Nous attendons que Pierre Gattaz appuie le combat des #pioupiou et des #autoentrepreneur contre l'absurde limite de 19.000 € !

  • j.sarah le jeudi 13 juin 2013 à 16:14

    M'en fous-je fonctionnaire CGT-iste. J'ai un grand respect pour les patrons qui montent leur propre boîte, mais que du mépris pour ce genre de gus qui ne défendent que des intérêts de prédateurs financiers, parasites rentiers de M... et font croire aux petits moyens patrons qu'ils sont de leur côté. Honte aux MEDEF.

  • grinchu1 le jeudi 13 juin 2013 à 16:14

    hum...