Médecins Sans Frontières dénonce la torture à Misrata

le
0
MSF a décidé de suspendre ses activités dans les centres de détention de la ville libyenne où, dénonce-t-elle, la torture continue d'être pratiquée.

Le sort des prisonniers de guerre libyens, à commencer par celui de Seif al-Islam, toujours réclamé par la justice internationale,inquiète de plus en plus diplomates et organisations humanitaires qui pressent les autorités de ce pays à bâtir au plus vite un système judiciaire digne de ce nom.

Misrata, ville assiégée et bombardée pendant des mois par les troupes de Kadhafi, symbolisait hier la résistance héroïque au tyran. Certains de ses combattants, après avoir froidement abattu le dictateur, pourraient maintenant illustrer la vengeance aveugle et les règlements de comptes qui ont cours en Libye.

Depuis qu'elle s'est engagée à soigner les blessés de guerre prisonniers à Misrata, en août 2011, l'organisation Médecins Sans Frontières (MSF) affirme avoir traité 115 personnes présentant des blessures liées à la torture. «Certains responsables ont cherché à instrumentaliser et à entraver le travail de MSF», accuse Christopher Stokes, le directeur général de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant