Médecins : le malaise persiste

le
0
Soumis à toujours plus de contraintes administratives et de pratiques codifiées, critiqués pour leurs dépassements d'honoraires, s'estimant mal considérés, les médecins dépriment et s'interrogent sur l'évolution de leur métier.

Qualité de vie, contraintes : la jeune génération a des aspirations différentes.(Sylvia Villerot/Rea)
Qualité de vie, contraintes : la jeune génération a des aspirations différentes.(Sylvia Villerot/Rea)

Quotas, tarifs conventionnés, risques, assurances, charges, paperasserie... et changements sociologiques auront-ils raison de la vocation de notre corps médical? Pour cette profession qui fut libérale par excellence, l'intervention croissante de l'Etat et de l'assurance-maladie signe le malaise. Pas plus tard qu'en juillet dernier, une convention significative a été conclue entre les syndicats de médecins libéraux et la Cnam. Elle institue notamment un paiement à la performance pour les généralistes, qui sera ensuite étendu à certains spécialistes, et revalorise les tarifs des disciplines cliniques (pédiatrie, gynécologie, gériatrie...) qui souffraient de l'ombre des grandes spécialités techniques (chirurgie, anesthésie, etc.), mieux rémunérées. L'assurance-maladie se félicite de ce protocole, et parmi les représentants des différents syndicats s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant