Médecines alternatives: vers plus de clarté

le
0
Ostéopathie, réflexologie, acupuncture ou homéopathie : une institution conseillant le premier ministre propose de mettre de l'ordre dans les foisonnantes médecines alternatives, avec la création d'un label unique.

Les médecines dites «non conventionnelles» sont en plein développement dans les pays occidentaux, et cela nécessite que l'on aide le patient à s'y retrouver. Un rapport du Centre d'analyse stratégique (CAS), institution dépendant du premier ministre chargée de faire des propositions économiques, sociales, environnementales ou technologiques, propose donc de créer un «label global» en médecine alternative, «pour éviter l'éclatement et pour que le patient puisse s'y retrouver». Il recommande également une meilleure évaluation de ces pratiques hétérogènes.

Dans l'Union européenne (UE), 70% des habitants ont eu recours au moins une fois dans leur vie à une pratique médicale «parallèle». Le taux monte à 80% pour les malades d'un cancer. Les raisons de ce succès sont diverses mais viennent d'abord des manquements de la médecine occidentale: effets secondaires des médicaments, absence de réponse thérapeutique à des maux quotidiens comme le mal de dos, pénu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant