Médecine: des start-up révolutionnent la santé via les mobiles

le
0
Médecine: des start-up révolutionnent la santé via les mobiles
Médecine: des start-up révolutionnent la santé via les mobiles

Depuis des mois, Denis Granger, la quarantaine, tente de convaincre les investisseurs que l'avenir de la santé passe par les mobiles. Parfois ça marche, il a déjà levé près d'un demi million d'euros pour développer son réseau social de patients et de professionnels de la santé.Et ces exemples de start-up surfant sur le succès des téléphones intelligents (smartphones) se multiplient. Le secteur de la santé mobile est estimé à 26 milliards de dollars d'ici 2017, selon le cabinet spécialisé research2guidance.Cet ancien communicant, notamment pour des laboratoires pharmaceutiques, a lancé son réseau social PatientsWorld.com (PW), l'an dernier, avec deux associés.PW a développé le "Healthing", c'est-à-dire un résumé des pratiques de prise en charge de sa santé, via une "health box" (boîte santé) qui comprend des applications mobiles de suivi du poids, du sommeil, du stress, de l'alimentation, du diabète..."On ne subit plus la décision médicale et son parcours de soins: on s'informe, on se forme et on se prend en charge", souligne M. Granger, qui revendique 1 million d'abonnés et plus de 650.000 professionnels de santé référencés, et valorise son entreprise au moins 2 millions d'euros. La start-up travaille aussi sur un projet de base de données destiné aux grandes entreprises pour les informer sur les pathologies liées au travail. Des discussions sont déjà en cours avec des sociétés du CAC 40, confie M. Granger.Autre réseau social, Carenity (9 salariés), propose à ses membres (20.000 revendiqués) sur leur traitement et sur leur maladie", explique Michael Chekroun, son fondateur.Pour les personnes âgées, ces services peuvent être une aide à la préservation du lien social et au maintien à domicile, résume Christophe Lorieux, le fondateur de Santech, une start-up (10 salariés) spécialisée dans ce créneau.Outil de préventionSantech, dont le chiffre d'affaires est de 200.000 euros, a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant