Me Charrière-Bournazel : non à «la chasse aux sorcières »

le
1
INTERVIEW- Représentant des avocats français, Me Charrière-Bournazel s'élève contre le projet du gouvernement de leur interdire de devenir parlementaires.

La moralisation de la vie publique passe-t-elle par l'incompatibilité d'un mandat parlementaire avec la profession d'«avocat d'affaires»? Un projet de loi en ce sens est à l'étude, qui suscite une vive émotion dans les barreaux. Christian Charrière-Bournazel, ancien bâtonnier de Paris et actuel président du Conseil national des barreaux (CNB), dénonce une forme de «haine civile».

LE FIGARO.- Comment reconnaît-on un avocat «d'affaires» d'un avocat normal?

Christian CHARRIÈRE-BOURNAZEL. - Il n'existe qu'une seule catégorie d'avocats. Tantôt ils assistent leur client dans un procès intenté ou subi, tantôt ils élaborent des conventions. Construire des situations juridiques solides, ce n'est pas être un voyou. Cette dénomination d'avocats «d'affaires» n'a qu'un b...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mercredi 17 avr 2013 à 22:44

    Il a bien raison. Monter les français les uns contre les autres, c'est ce que cette équipe d'amateurs trouve intelligent de faire dans la panique qui les gagne.