McCaw : " C'est dur de mettre des mots là-dessus "

le
0
McCaw : " C'est dur de mettre des mots là-dessus "
McCaw : " C'est dur de mettre des mots là-dessus "

Emu et surtout fier d'avoir mené une nouvelle fois la Nouvelle-Zélande au sommet du monde, Richie McCaw n'a pas encore annoncé la fin de sa carrière internationale. Le capitaine des Kiwis s'est contenté de féliciter son groupe et d'insister sur la valeur unique de ce titre mondial.

Richie McCaw, que ressentez-vous après cette nouvelle victoire en Coupe du monde ?
C'est dur de mettre des mots là-dessus. Je suis évidemment très satisfait. On avait la conviction avant d'arriver ici qu'on pouvait le faire. Nous qualifier pour la finale était un premier objectif. Ce soir (samedi) c'était un match difficile il y avait un travail à faire, et on l'a fait. On est très heureux d'avoir assemblé cette pièce de puzzle. Parfois, on pense que la fin sera le moment le plus heureux. Mais il faut apprécier d'abord le travail que l'on fait en amont. Personnellement, j'ai vraiment aimé ces six semaines ensemble.  

Y a-t-il une comparaison possible avec le sacre de 2011 ?
C'est un sentiment un peu différent. Le match était plus serré, il s’était joué jusqu'aux dernières secondes. C'était un immense soulagement, aussi parce que l'on avait été éliminé tôt dans la compétition en 2007. Cette fois, on a vu qu'il y avait cette opportunité à saisir et plus que les raisons liées au passé, on voulait juste faire notre travail. Il y a cette satisfaction du devoir accompli.

« Quand on porte le maillot, on ressent tout de suite cette responsabilité »

Qu'est ce qui a motivé l'équipe à poursuivre sa quête de titre après 2011 ?
En 2012, après la dernière Coupe du monde, ça aurait été facile de nous laisser porter et de rester sur ce qu'on avait fait. Mais on s’est fixé l'objectif de soulever cette coupe une nouvelle fois. Il y a un an, on a commencé à vraiment se concentrer sur ce qu'on voulait faire sur ces six semaines de Coupe du monde. Il y avait ce désir continuel d'être toujours meilleur, de s'améliorer. En ce sens, il faut aussi rendre hommage à Steve Hansen et à tout le staff. Tout ça ne s'est pas fait que grâce aux joueurs mais à tout un groupe.

Que représente pour vous ce maillot des All Blacks ?
Quand vous devenez un All Black, vous prenez conscience qu'il y a beaucoup d'hommes respectables qui l'ont été avant vous. Les All Blacks ont plus de cent ans de grandes performances et quand on porte le maillot, on ressent tout de suite cette responsabilité. Il n'y aucune individualité plus grande que l'équipe. Et on comprend que notre tâche est d'apporter une pierre en plus à l'héritage. La chose qui me tient le plus à cœur c'est qu'il ne s'agit pas d'être le héros chaque semaine, mais de juste faire son travail correctement.

Propos recueillis par notre envoyé spécial, Jean-François Paturaud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant