Mazda 3 : évolutions douces 

le
0
Pour se relancer sur le marché très concurrentiel des berlines compactes, la Mazda 3 bénéficie de subtiles retouches esthétiques et techniques.


Il faut un ½il exercé pour distinguer cette évolution de la Mazda 3 de sa version originale lancée en 2009. Un indice, les retouches concernent les boucliers. Même avec le précédent modèle sous la main, cela ne saute pas aux yeux. Plus palpables sont les améliorations apportées à l'intérieur, avec une console centrale recouverte d'un plastique noir de meilleure qualité et un écran GPS tactile de grande taille (haut de gamme Dynamique).

Voilà pour le cosmétique. Pour la technique, Mazda s'est efforcé de diminuer les émissions de C02 mais, quand ses rivaux jouent pour cela de la démultiplication, de l'alternateur débrayable ou des pneus à faible résistance au roulement, il se contente de soigner l'aérodynamique. Le coefficient de traînée (Cx) de la version 5 portes redescend ainsi de 0,30 à 0,29 ce qui, sur notre voiture d'essai équipée du diesel 1,6 l de 115 ch (Ford/PSA), a permis de ramener les émissions de C02 de 117 à 115 g/km. A titre d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant