Mayotte : un juge d'instruction mis en examen pour viol

le
3
Le juge d'instruction Hakim Karki, mis en cause dans une affaire de viol, à son arrivée à Saint-Denis de La Réunion.
Le juge d'instruction Hakim Karki, mis en cause dans une affaire de viol, à son arrivée à Saint-Denis de La Réunion.

Les juridictions pénales de Mayotte n'ont pas fini de faire parler d'elles. Une plainte pour viol a été déposée contre Hakim Karki, juge d'instruction au tribunal de grande instance (TGI) de Mamoudzou. Le magistrat a été mis en examen lundi soir à Saint-Denis de la Réunion et placé sous mandat de dépôt, à l'issue de 48 heures de garde à vue. Le procureur de Mayotte, Joël Garrigue, s'est dessaisi du dossier, Hakim Karki faisant partie du même tribunal que lui. C'est donc Emmanuelle Barre, procureur adjointe de Saint-Denis de La Réunion, qui a hérité de l'affaire. La situation est très délicate : depuis quelques jours, il n'y a plus de procureur à Saint-Denis, le ministère de la Justice ayant pris la décision de muter d'office Philippe Müller, très critiqué par ses pairs. Au vu des fonctions qu'exerce Hakim Karki au sein de la juridiction de la cour d'appel de La Réunion, l'instruction de l'affaire devrait se poursuivre en métropole.Selon nos informations, Hakim Karki aurait reconnu une relation extraconjugale, mais parle de rapports consentis et absolument pas forcés qui se seraient déroulés à plusieurs reprises. "M. Karki, sur lequel ont été constatées de multiples traces de violences et notamment des griffures, reconnaît l'existence de relations sexuelles empreintes de violences, selon lui, demandées par la plaignante", affirme le parquet par voie de communiqué. Avant d'ajouter : "Cette version des faits est formellement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 8 juil 2014 à 10:06

    Le juge d'instruction est en effet à l'origine de l'affaire Roukia, du nom de cette jeune femme morte par overdose en 2011. Le juge avait découvert que la drogue fatale à la lycéenne provenait d'un trafic en partie alimenté par la gendarmerie pour payer ses indics. Dès lors, le juge Karki avait décidé de placer en garde à vue et de mettre en examen plusieurs gendarmes, s'attirant des pressions et les foudres de plusieurs personnes haut placées sur l'île.

  • python75 le mardi 8 juil 2014 à 09:51

    Un violeur... point barre... et pas forcément un bon juge eu égard aux commentaires de sa hiérarchie!

  • frk987 le lundi 7 juil 2014 à 18:25

    Surement pas un juge appartenant au SNM. Un juge de droite...un juge à bannir.