Mayotte : un département au rabais, proche du cataclysme

le
0
Des enfants devant l'épave d'une voiture brûlée pendant les émeutes contre la vie chère qui avaient secoué Mayotte en octobre 2011.
Des enfants devant l'épave d'une voiture brûlée pendant les émeutes contre la vie chère qui avaient secoué Mayotte en octobre 2011.

Dans le damier territorial français, Mayotte fait un peu figure de dernière roue du carrosse. À 8 000 kilomètres de la métropole, l'île de l'océan Indien devenue le 101e département français en 2011 reste un territoire particulièrement enclavé. Sur ce petit morceau de terre situé entre le Mozambique et Madagascar, la durée légale de travail est toujours de 39 heures et les prestations sociales sont très inférieures aux droits des métropolitains. Résultat, 84 % de la population locale vit encore aujourd'hui sous le seuil de pauvreté (959 euros par mois) et plus de la moitié des Mahorais vit avec moins de 348 euros par mois. État des lieux du département le plus pauvre de France.

La démographie, l'enjeu majeur

Avec 220 300 habitants selon les dernières estimations, la population de Mayotte a triplé depuis 1985. Une croissance qui s'est ralentie ces dernières années (+ 2,7 % par an entre 2007 et 2012 contre + 4,1 % entre 1997 et 2002), mais qui demeure préoccupante à long terme. D'après des estimations établies par l'ONU, la population de Mayotte pourrait atteindre près de 500 000 habitants en 2050 et 752 000 en 2100.

Un « phénomène unique en France », selon les conclusions d'un rapport de la Cour des comptes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant