Mayer, le nouveau dieu du stade

le
0

Rio (Brésil) De l'un de nos envoyés spéciaux AVEC KÉVIN MAYER, médaillé d'argent du décathlon, la France s'est trouvé une nouvelle idole. Un look de surfeur, un sourire ravageur et un talent dévastateur. « Kévin, c'est le futur recordman du monde, le Ashton Eaton (NDLR : champion olympique et premier décathlonien à avoir franchi la barre des 9 000 points) de la prochaine olympiade », résume René Auguin, son agent sportif. « J'ai 24 ans, je suis vice-champion olympique, j'ai fait la 6 e meilleure performance mondiale de tous les temps mais je vais continuer à bosser dur afin d'atteindre ce que personne n'a jamais atteint », promet déjà la star. De l'assurance, il en faut pour enchaîner dix disciplines et accepter d'en baver. Mais Mayer, c'est aussi une tête bien faite (bac scientifique puis études de mesures physiques). « Il est intelligent, s'exprime bien et n'a pas un physique démesuré, ce qui le rend proche des gens, remarque Virgile Caillet, spécialiste en marketing sportif. Kévin est typiquement un dieu du stade. Son seul handicap, c'est de pratiquer une discipline qui n'est pas visible tout au long de l'année. » Preuve d'une sacrée maturité, le médaillé d'argent n'a pas attendu de briller à Rio pour s'entourer. Laurence Dacoury gère ses relations médias et il a confié ses intérêts à l'avocate Delphine Verheyden, qui s'occupe également de Teddy Riner, Renaud Lavillenie, Earvin N'Gapeth et Martin Fourcade. A l'époque, Mayer, champion du monde juniors, montrait déjà de sérieuses aptitudes. « Avant les Jeux, on était typiquement dans une stratégie de grande carrière, c'est une période où il ne fallait pas prendre trop de contrats trop vite, souligne l'avocate. Signer vingt contrats à 10 000 EUR, cela n'a pas de sens. » Garder la tête froide En arrivant à Rio, Kévin Mayer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant