Mayence-Francfort, une rivalité en devenir

le
0
Mayence-Francfort, une rivalité en devenir
Mayence-Francfort, une rivalité en devenir

Leurs adversaires traditionnels les ayant abandonnés, le FSV Mainz 05 et la Sportgemeinde Eintracht Frankfurt se sont retrouvés à " créer " le Rhein-Main Derby. Pourtant, quand on y regarde de plus près, cette rivalité entre les deux clubs n'est pas si anodine que cela.

Des derbys et des rivalités, il y en a dans toute l'Allemagne. Mais que fait-on quand l'adversaire n'est plus en mesure de lutter ? On s'en cherche un autre, histoire de montrer qu'on est vraiment le plus fort. Dans les années 60-70-80, ça s'écharpait pas mal entre la Sportgemeinde Eintracht Frankfurt et les Kickers Offenbach, sur le pré comme dans les tribunes (voire ailleurs). Mais le club de la banlieue a coulé depuis, et les deux clubs ne se sont retrouvés qu'en DFB-Pokal au cours des années 2000. Même constat du côté de Mayence : avant, le 1.FC Kaiserslautern régnait en maître sur la Rhénanie-Palatinat, et parfois même sur le reste du pays. Et puis le FSV Mainz 05 est arrivé, tout doucement, il y a une dizaine d'années. Après une série de valses entre l'élite et son antichambre, Mayence a laissé son partenaire en galère, pour mieux s'amuser avec les grands.
"Personne ne vous connaît en Europe "
Du coup, Francfort et Mayence se sont retrouvés là, sans personne à chahuter, à chambrer, à insulter. Alors les deux villes, distantes de 42 kilomètres ont commencé à se regarder. " Et pourquoi pas nous, tiens ? ", ont-elles l'air de se dire. Il est vrai que tout est en place pour une jolie opposition de style : d'un côté, Mayence, cité de 200 000 âmes, située sur le Rhin, avec ses étudiants et son carnaval, qui n'a pas trop l'air de se prendre la tête. De l'autre, Francfort sur le Main, près de 700 000 habitants, la BCE, de l'Apfelwein (vin de pomme, à ne pas confondre avec le cidre), l'une des plus belles skylines d'Europe et son aéroport monstrueux (12e rang mondial). Bref, ça parle boulot, business, et ça se prend très au sérieux.

Francfort la grande, Mayence la petite. D'un point de vue Fussball, c'est la même : l'Eintracht, c'est un titre de champion d'Allemagne (1959), 4 Pokale (74, 75, 81, 88) et surtout, une Coupe de l'UEFA en 1980, cette fameuse année où quatre clubs allemands se sont retrouvés dans le dernier carré. Un bon Traditionsverein, comme la Bundesliga les aime, avec ses joies excessives quand le club gagne et ses crises (excessives aussi) quand le club se casse la gueule. Les fans du SGE ont bien raison quand ils balancent à ceux du " Null-Fünf " que personne ne les connaît en Europe (" In Europa kennt euch keine Sau ")....




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant