May "veut un Brexit dur, la négociation sera dure"-Hollande

le
1
    BRUXELLES, 20 octobre (Reuters) - La négociation sur les 
modalités de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sera 
dure dans la mesure où la Première ministre britannique Theresa 
May "veut un Brexit dur", a déclaré jeudi François Hollande à 
son arrivée du Conseil européen. 
     Les dirigeants européens ont entamé leur réunion d'automne 
notamment consacrée à la sortie programmée du Royaume-Uni, 
représentée pour la première fois à Bruxelles par son nouveau 
chef de gouvernement. 
    "Tant que le Royaume-Uni n'est pas sorti, le Royaume-Uni est 
dans l'Union européenne", a dit François Hollande à la presse à 
son arrivée. "Madame Theresa May veut un Brexit dur, la 
négociation sera dure".  
    La Première ministre britannique doit prendre la parole 
jeudi soir au cours d'un dîner où les Vingt-Sept jaugeront ses 
intentions, à l'heure où l'on semble s'orienter vers un "Brexit 
dur", avec un pays coupé du marché unique.   
    Londres s'est donné jusqu'au mois de mars 2017 pour 
enclencher l'article 50 relatif à la sortie de l'Union 
européenne décidée le 23 juin par référendum, ce qui lancera 
deux ans de négociations.    
    A son arrivée à Bruxelles, Theresa May a assuré que son pays 
jouerait pleinement son rôle dans l'UE jusqu'à sa sortie et 
saurait être un partenaire fiable par la suite. 
    "Le Royaume-Uni va quitter l'UE mais nous continuerons à 
jouer pleinement notre rôle jusqu'à notre départ et nous serons 
un partenaire fort et fiable après notre départ", a-t-elle dit. 
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a un mois

    Il ferait mieux de se taire que de parler pour ne rien dire.