Maxime Machenaud : « Nous avons envie de bien représenter la France »

le
0

Le Racing 92 affronte Leicester dimanche (16h15) pour aller chercher une première qualification pour une finale européenne. Etant le dernier représentant français, les Franciliens veulent faire honneur à leur pays selon Maxime Machenaud. Une victoire en demi-finale permettrait au club de continuer de grandir.

Maxime Machenaud, est-ce que vous sentez la pression monter à l'approche de cette demi-finale face à Leicester ? La pression est montée tout au long de la semaine, petit à petit, mais c'est de la bonne pression. Nous savons que nous approchons du match. C'est un moment spécial car on découvre le stade et les vestiaires. On n’a plus qu'à attendre le coup d'envoi. Nous avons également envie de passer cette marche supplémentaire. Pour l'histoire du club, c'est bien car c'est historique d'avoir remporté ce quart de finale. A nous d'aller plus loin maintenant car nous sommes des compétiteurs et on a envie d'être une équipe qui grandit au fil des années. Cela passe par un gros match demain (dimanche) et une victoire pour arriver en finale. Comment avez-vous géré les deux dernières semaines entre le quart de finale face à Toulon et cette demi-finale ? C'est vrai que nous avons eu un match de championnat intercalé, et ce n'est jamais facile de le préparer car on connaît la difficulté de récupérer après une rencontre comme celle de Toulon, où il y a beaucoup d'intensité et énormément de combat. Forcément, nous avons pas mal fait tourner à Toulouse. Nous avons eu cette défaite même s'il y a eu des choses positives dans l'ensemble du match. Maintenant, nous sommes prêts, il y a toujours cette pression-là car cela reste un match éliminatoire et une grosse rencontre. On l'a bien préparé. La victoire contre Toulon vous a-t-elle permis de gagner en confiance ? J'espère que cela nous a fait prendre conscience que nous pouvions battre les meilleures équipes européennes. Toulon était à ce jour la meilleure équipe continentale. Elle l'avait démontré les trois années précédentes. Mais nous n'allons pas nous arrêter là. Nous savons que nous avons franchi une grande marche. Maintenant, le plus dur reste à venir avec ce match de demain (dimanche) contre Leicester.

Derniers Français face aux Anglais

Le fait que vous soyez un groupe uni est-il important pour pallier les blessures ? C'est vrai que nous avons eu des coups durs avec les blessures de joueurs majeurs pour notre équipe comme notre capitaine Dimitri (Szarzewski, ndlr). C'est difficile, on ne va pas se le cacher mais je pense que nous sommes un collectif, un groupe assez solidaire. Nous avons pu démontrer durant les précédents matchs qu'il y a toujours eu de bonnes rentrées des joueurs qui ont remplacés les blessés en cours de match. A nous de s'appuyer dessus, de s’appuyer sur les joueurs qui ont peut-être un peu moins d'expérience mais qui ont autant envie que les autres. Nous n'allons pas nous cacher derrière ces mauvaises nouvelles. Le rugby est un sport où l'on est désormais conscient de la difficulté de jouer sur deux tableaux, la Coupe d'Europe et le championnat. Nous avons besoin de quarante joueurs et forcément tout le monde a participé cette année. Nous avons eu besoin des jeunes en début de saison pendant les phases de poule aussi. Aujourd'hui, tout le monde est rentré dans l'équipe depuis un certain moment. On a envie que tout le monde participe à cette aventure. Ça en est une de quarante joueurs qui préparent depuis le début de l'année cette saison et ces phases finales. Pensez-vous au fait d'être les derniers représentants Français face aux Anglais ? Nous en avons conscience, même si c'est anecdotique. Nous sommes les derniers Français et nous avons envie de bien représenter notre pays et d'avoir un club français en finale à Lyon. Forcément, si on y arrive, cela aura une saveur particulière devant notre public. On ne se l'est pas dit dans le groupe mais nous en avons conscience dans nos têtes. On va tout faire pour être le représentant français en finale. Cela permettrait de retrouver les Saracens, après la rageante défaite de la saison dernière en quart de finale... Cela pourrait être une belle histoire. Mais il y a encore une grande étape à franchir dimanche qui est Leicester. Nous allons nous focaliser sur ce palier.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant