Maxi Pereira, le rouge et le bleu

le
0
Maxi Pereira, le rouge et le bleu
Maxi Pereira, le rouge et le bleu

Ce soir, le FC Porto reçoit Benfica à l'occasion du premier Clássico de la saison. L'opposition entre les deux clubs les plus titrés du Portugal est toujours spéciale, mais elle le sera en particulier pour un homme, Maxi Pereira. Passé de l'aigle au dragon cet été, l'Uruguayen sera observé et attendu par tous les observateurs du foot lusitanien. Retour sur une trahison à contrecœur.

Le mercato a offert beaucoup de surprises au Portugal. L'arrivée de Casillas à Porto, bien sûr, mais également les départs de Jorge Jesus et Maxi Pereira. Tous ont fait couler beaucoup d'encre. La trahison de ces deux derniers a provoqué stupeur et colère chez des supporters benfiquistas qui ne s'y attendaient pas. Certes, ces derniers savaient que les contrats de Jesus et Maxi arrivaient à leur terme à l'issue de la saison précédente, mais ils étaient convaincus que la direction encarnada s'arrangerait pour les prolonger à l'intersaison. Que nenni. L'entraîneur s'est donc fait la belle au Sporting et l'arrière droit au FC Porto.

Pour le premier, passe encore. Il supporte depuis toujours les Leões où il a par ailleurs été formé sans jamais réussir à s'imposer en tant que joueur. Sans parler du gros chèque sorti par Bruno de Carvalho pour s'attacher ses services. La pilule est en revanche plus dure à avaler dans le cas de l'Uruguayen. Arrivé à Lisbonne en 2007, dépourvu de tout lien avec le football portugais, il s'était imposé comme l'un des cadres historiques du SL Benfica au fil des saisons. Certains voyaient en lui le bras droit de Luisão. C'est d'ailleurs ce qu'il était. Vice-capitaine. Et il faut dire que Maxi remplissait parfaitement son rôle.

Quand Maxi taclait Porto


Engagement, matchs de haut niveau, buts, passes décisives, le néo-Portista a tout fait pour Benfica. Même détester le club qu'il représente aujourd'hui. Ses tacles à la gorge en pleins classicos, celui sur João Moutinho en 2013 en particulier, sont devenus cultes au point d'être ressortis sur le net portugais par les supporters benfiquistas lésés par son transfert à Porto. Les trolls du genre fleurissent à la veille du sommet de dimanche et concernent également les anciennes déclarations d'amour et autres promesses faites par Maxi Pereira à l'époque où il portait encore la tunique rouge. La dernière date de mai 2015, alors qu'un départ de la Luz commence à être envisagé par le joueur.

En réponse à l'intérêt de Porto et du Sporting, le latéral droit jure alors qu'il "ne se voit pas jouer dans un autre club au Portugal". Mieux, il flingue quelques jours plus tard les Dragons à qui il reproche de trop se plaindre de l'arbitrage alors que "nous (Benfica) avons perdu un championnat contre eux à cause d'un arbitre assistant qui s'est…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant