Mauvaise opération pour les Blues d'Hiddink

le
0
Mauvaise opération pour les Blues d'Hiddink
Mauvaise opération pour les Blues d'Hiddink

Watford est venu chercher un point au Bridge, devant un Chelsea en progrès mais toujours fébrile (2-2). Les hommes d'Hiddink, qui fêtait son retour sur le banc londonien, sont 15e, à dix points de leur adversaire, 7e.

Chelsea 2-2 Watford

Buts : Costa (33e, 65e) pour Chelsea // Deeney (42e sp), Ighalo (56e) pour Watford

Sur le banc, son regard paraît songeur. Comme d'habitude chez lui. Ses yeux respirent l'intelligence, l'observation de l'instant présent et la réflexion du moment d'après. L'air n'est ni serein, ni inquiet. En le contemplant, les supporters peuvent y lire l'espoir dissimulé, enfoui sous un visage autoritaire. Ce goût de l'espoir, ils sont nombreux à l'avoir ressenti en accueillant Guus Hiddink. Turcs, Hollandais, Australiens, Coréens, Russes : tous ont connu ce sentiment imposé par le technicien. Pour les Londoniens, c'est la deuxième fois qu'ils le vivent. Sauf qu'aujourd'hui, le visage est marqué par autre chose que la force de l'âge : le temps de la vieillesse, tout simplement. Et pour son retour six ans plus tard à Chelsea, avec qui la première aventure avait été si belle, le coach n'a pu cacher ses 69 bougies. 69 ans, c'est beaucoup, surtout quand on a commencé à entraîner il y a plus de trois décennies. Et quand on voit la bande du Guus, qui doit amener son vent de fraicheur, impuissante face au promu Watford dans son antre, on se dit que la suite de la saison va être difficile pour les fans. Car Terry et compagnie n'ont pu faire mieux qu'un match nul devant des Hornets étonnants. Avec un petit point et encore deux pions encaissés, ils bloquent à une dangereuse 15e place. Dix points les séparent de leur adversaire du jour, septième.

Une histoire de corner

Guus Hinddink n'est pas un révolutionnaire. Pas en apparence en tout cas. Le vieux pote d'Abramovitch aligne donc la même équipe que lors du match post-Mourinho, celle de la victoire convaincante contre Sunderland. Hazard, pas totalement remis de blessure, pose donc son cul sur le banc. Seul Zouma cède ca place à Cahill. Forts de leur série de quatre victoires d'affilée, les partenaires de Capoue comptent sur leur duo Deeney/Ighalo pour faire la diff'. D'entrée, les Londoniens accaparent la balle. Comme lors de son premier passage, Hiddink semble vouloir s'appuyer sur la puissance de ses hommes pour créer le danger, notamment sur des corners toujours joués de manière aérienne.
En face, Watford tente…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant