Mauvais cru 2013 pour Intel, qui cherche de nouveaux débouchés

le
0
Mauvais cru 2013 pour Intel, qui cherche de nouveaux débouchés
Mauvais cru 2013 pour Intel, qui cherche de nouveaux débouchés

Malgré "des signes de stabilisation" en fin d'année, la crise du PC a encore fait reculer de 13% le bénéfice net du géant américain des puces informatiques Intel en 2013, accentuant l'urgence de sa recherche de nouveaux débouchés.Le bénéfice a atteint 9,6 milliards de dollars sur l'année, tandis que le chiffre d'affaires baissait de 1% à 52,7 milliards, essentiellement à cause du "déclin des ventes de PC", a souligné le directeur général, Brian Krzanich, en présentant jeudi ces résultats aux analystes.2013 a été la pire année jamais enregistrée pour les ventes de PC, qui ont chuté de 10% selon des estimations la semaine dernière des cabinets de recherche IDC et Gartner.Les consommateurs leur préfèrent désormais les tablettes et les smartphones, mais Intel ne s'est intéressé que tardivement à ce nouveau marché mobile, où ses puces sont distancées par celles du concurrent Qualcomm.M. Krzanich a toutefois évoqué "un quatrième trimestre solide avec des signes de stabilisation dans le segment PC". Ce dernier a vu ses revenus baisser de 4% sur l'ensemble de l'année, mais ils sont stables sur un an au quatrième trimestre.Intel, dont les produits sont aussi très utilisés pour des serveurs, a vu au final son chiffre d'affaires total rebondir de 3% au dernier trimestre, à 13,8 milliards de dollars. Son bénéfice net trimestriel est également en hausse, de 6% à 2,6 milliards de dollars. Mais le bénéfice par action, qui sert de référence à Wall Street et ressort à 52 cents, reste inférieur de 1 cent à la prévision moyenne des analystes.Dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance officielle à la Bourse de New York, l'action Intel perdait 5,05% à 25,20 dollars vers 23H25 GMT.Prévisions "pas encourageantes"Les analystes de la banque RBC jugeaient jeudi les performances d'Intel "inquiétantes sur de multiples fronts".Ils estimaient notamment "peu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant