Maurice Levy mêlé à son insu dans le faux espionnage de Renault

le
2
MAURICE LEVY IMPLIQUÉ MALGRÉ LUI DANS LE FAUX ESPIONNAGE DE RENAULT
MAURICE LEVY IMPLIQUÉ MALGRÉ LUI DANS LE FAUX ESPIONNAGE DE RENAULT

PARIS (Reuters) - Le président du directoire de Publicis a indiqué vendredi avoir transmis à Renault une information qui a involontairement contribué au licenciement abusif d'un cadre du constructeur automobile, accusé à tort d'espionnage industriel.

Maurice Levy a ainsi répondu à un article du journal Libération, selon lequel le patron de Publicis a contribué au licenciement en 2009 de Philippe Clogenson, alors responsable du marketing clients chez Renault. Libération dit s'appuyer sur une déposition à la police d'un ex-responsable de la sécurité de Renault, Marc Tixador, mis en examen dans le cadre de l'affaire de faux espionnage chez Renault.

Philippe Clogenson a été réintégré chez Renault, de même que trois autres cadres de l'entreprise également accusés à tort d'espionnage. Les personnes poursuivies dans ce dossier sont soupçonnées d'avoir inventé de toutes pièces de fausses informations afin de détourner des fonds.

Selon le procès-verbal cité par Libération, Maurice Levy a signalé à Renault qu'un salarié "prénommé Philippe, et plus précisément à la direction marketing, 'touchait' de la part de certains fournisseurs".

Maurice Levy, dans une déclaration transmise par email à Reuters, précise qu'une information lui "était parvenue sans aucune indication de nom" et que "ce sont les équipes internes de Renault qui ont cherché et conclu sur ce nom".

"Je l'ai purement et simplement transmise en l'état (l'information, NDLR) à Renault et avec d'infinies précautions", ajoute Maurice Levy, indiquant que "cette transmission ne présentait pour Publicis aucun objectif commercial".

A la suite de la fausse affaire d'espionnage, révélée en 2011, Renault a remanié son organigramme pour rattacher sa direction des ressources humaines, son secrétariat général et sa direction de l'audit auprès de son PDG Carlos Ghosn.

Dominique Rodriguez, édité par Cyril Altmeyer

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • grokuik1 le vendredi 24 aout 2012 à 18:27

    Maurice Levy, dans une déclaration transmise par email à Reuters, précise qu'une information lui "était parvenue sans aucune indication de nom" et que "ce sont les équipes internes de Renault qui ont cherché et conclu sur ce nom".Ah Maurice !! Elle est belle la FRANCE !! Entre frères on ne se trahit pas et pas de danger , comme affaire UIMM, que la justice s'en mele !!!

  • janaliz le vendredi 24 aout 2012 à 18:23

    A son insu de son plein gré, bien sûr. "J'ai transmis l'information en l'état avec d'infinies précautions". Tu parles Charles !