Maurice Allais, économiste visionnaire

le
3
Maurice Allais ici en 1988, année où il reçut le prix Nobel d'Économie. Il reste à ce jour l'unique Français à en être lauréat.
Maurice Allais ici en 1988, année où il reçut le prix Nobel d'Économie. Il reste à ce jour l'unique Français à en être lauréat.

Le regard perçant malgré des lunettes à montures épaisses, Maurice Allais pouvait sembler un personnage sévère et de relation difficile. Pourtant, travailler auprès de lui révélait vite un savant passionné qui consacrait chaque instant de sa vie à l'étude et à la recherche, un homme qui ignorait certes les jugements en demi-teinte ou les appréciations ambiguës, mais qui prodiguait aux plus jeunes ses encouragements et son aide souvent généreuse. Ingénieur du Corps des mines, professeur à l'École des mines de Paris et directeur de recherche au CNRS, Maurice Allais fut aussi professeur à Paris-X-Nanterre, dont le plus grand amphithéâtre porte depuis peu son nom.

Le seul économiste français à avoir obtenu un prix Nobel d'Économie à ce jour était en même temps un personnage difficile à classer. Passionné de physique et d'histoire, ce major de Polytechnique s'était lancé - seul et sans connaissance préalable du domaine - dans l'étude de la science économique, parce qu'il avait constaté les ravages du chômage aux États-Unis lors de la crise des années trente. Démobilisé en 1940, il parvint en moins de trois ans à reconstruire la discipline dans un ouvrage majeur, aujourd'hui publié sous le titre de Traité d'économie pure.

Remise en cause des idées reçues

Né en 1911 dans une famille très modeste, pupille de la nation dès 1915, il aspirait socialement à une société ouverte, où les élites issues de milieux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jsrlak1 le mercredi 14 mai 2014 à 07:48

    Sortir de l'euro ? Impossible pour les journalistes, mais pas pour les prix Nobel d'économie! Voir article de Marianne htttp://www.marianne.net/Sortir-de-l-euro-Impossible-pour-les-journalistes-mais-pas-pour-les-prix-Nobel-d-economie_a215893.html

  • M363422 le mardi 13 mai 2014 à 19:49

    Il fut un des "ingénieurs économistes",qui après guerre s'occuperont des secteurs du charbonnage,de l'électicité, des transports ferroviaires...Au plan théorique, il s'inscrit dans le cadre de Walras, donc de ce qu'on appelait alors La théorie de l'équilibre général, mais qu'il saura faire évoluer

  • umrk le mardi 13 mai 2014 à 13:08

    Un grand monsieur. Mais voilà, il dérangeait de puissants intérêts ....