Maurel & Prom réduit fortement son budget d'exploration

le
0
FORTE BAISSE DES RÉSULTATS 2014 DE MAUREL & PROM
FORTE BAISSE DES RÉSULTATS 2014 DE MAUREL & PROM

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Maurel & Prom a publié jeudi des résultats en forte baisse au titre de 2014 et annoncé une réduction drastique de son budget d'exploration, fixé à 44 millions d'euros pour 2015 contre 118 millions en 2014.

La compagnie pétrolière, dont les actifs sont très majoritairement situés au Gabon, a souligné dans un communiqué que cette réduction traduisait son choix de privilégier ses champs en production et d'abandonner les projets d'exploration "non stratégiques" dans un contexte de chute des prix.

L'enveloppe allouée aux investissements de production et de développement s'établit en outre à 186 millions pour 2015 (contre 207 millions en 2014) et, dans le contexte actuel, "la fermeture et/ou la cession de certaines filiales ou participations marginales du groupe sont à l'étude".

Le PDG Jean-François Hénin a indiqué que la société souhaitait "préserver sa santé financière pour mieux tirer parti des opportunités de croissance externe qu'un environnement dégradé de l'industrie pétrolière pourrait offrir".

"Compte tenu du nombre d'actifs qui vont se trouver plus ou moins en détresse de par le monde, nous aurons certainement un meilleur retour sur l'acquisition d'actifs existants (...) que dans le développement de nouveaux champs", a-t-il souligné lors d'une conférence avec les analystes.

Jean-François Hénin a ensuite précisé lors d'une rencontre avec la presse que Maurel & Prom pourrait envisager des achats au Nigeria, au Venezuela ou encore au Mexique.

Alors qu'il se dit prêt depuis plusieurs années à une alliance pour faire changer Maurel & Prom de dimension, le PDG juge que "la situation actuelle va être très favorable aux mariages". "Il y a aujourd'hui trop de sociétés moyennes (...), elles sont condamnées à s'entendre les unes avec les autres pour recréer des sociétés de plus grande taille", a-t-il dit.

2018 ÉVOQUÉ POUR UN DIVIDENDE

Maurel & Prom a enregistré au titre de 2014 un résultat opérationnel de 140,6 millions d'euros (-58%), un excédent brut d'exploitation de 351,9 millions (-17%) et un chiffre d'affaires, déjà publié, de 550 millions (-4%).

Son résultat net part du groupe, en chute de 79% à 13,2 millions d'euros, est en outre pénalisé par des dépréciations liées à l'exploration à hauteur de 101 millions.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 99,8 millions d'euros et un résultat opérationnel de 267 millions.

Le groupe a en outre confirmé que, son résultat social étant négatif de 140,6 millions d'euros, il ne verserait pas de dividende au titre de 2014.

Le PDG a précisé qu'il serait sans doute nécessaire d'attendre 2018 pour que les remontées de résultats de la filiale gabonnaise du groupe pétrolier français lui permettent de verser de nouveau un dividende.

A 14h55, l'action Maurel & Prom accusait une baisse de 7,6% à 6,93 euros, portant à 10,7% son repli depuis le début de l'année, après -36% en 2014, pour une capitalisation proche de 840 millions d'euros.

"La baisse des prix du pétrole et les retards dans la montée en puissance de la production au Gabon devraient continuer à limiter l'appréciation du titre", relèvent dans une note les analystes de Société générale.

Le groupe estime que sa production, de 21.624 barils par jour en février, "devrait augmenter sensiblement" tout au long de 2015. Alors qu'il visait il y a un an 35.000 barils au Gabon à fin 2014, il a dû renoncer à cette perspective en novembre.

Maurel & Prom disposait d'une trésorerie de 229 millions d'euros à fin 2014. Ses réserves prouvées et probables d'hydrocarbures ont progressé de 13% au 1er janvier, à 207,1 millions de barils.

(Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant