Matuidi a acquis la taille patron

le
0
Matuidi a acquis la taille patron
Matuidi a acquis la taille patron

A trois semaines du coup d'envoi de la Coupe du Monde, l'équipe de France se cherche encore des leaders. Le capitanat sied à Hugo Lloris, mais le gardien des Bleus est homme de peu de mots. D'autres ont la carrure pour prendre du galon, à l'image de Franck Ribéry et Patrice Evra. Sauf que leur passé en sélection brouille parfois leur message. Dans ce désert, un joueur réunit toutes les qualités pour s'imposer comme l'un des patrons du groupe au Brésil : Blaise Matuidi. Ecouté dans le vestiaire et respecté en dehors, le milieu parisien sort de deux saisons pleines avec le PSG et est devenu dans le même temps un rouage essentiel de la sélection. A moins d'un improbable revirement de situation sur les trois matchs de préparation ou d'un pépin physique, il partira à l'autre bout de la planète avec le statut de titulaire indéboulonnable. Même si le principal intéressé s'en défend?

Ne pas revivre l'Euro 2012

Peut-être pour mieux se prémunir d'une désillusion, comme celle qu'il a vécue pendant l'Euro 2012. Touché aux ischio-jambiers de la cuisse droite pendant le stage avant la compétition, Matuidi n'avait pas disputé la moindre minute de jeu pendant le tournoi. Un épisode qui l'a marqué au fer rouge. « J'ai appris de ces moments et gagné en maturité pour éviter ces pépins, explique l'ancien Stéphanois. J'ai un bon mois pour me préparer. » Très utilisé au PSG (52 matchs toutes compétitions confondues), le Toulousain de naissance pourrait craindre d'arriver à saturation. Mais il assure ne ressentir aucune lassitude. « Je n'ai pas les résultats de mes tests physiques mais je me sens bien. Je sors d'une année plutôt réussie, bien gérée. »

27 ans, l'âge de la maturité

Avec trois titres remportés en club, Matuidi a accumulé de la confiance, tout en poursuivant son évolution individuelle. Il a découvert la Ligue des Champions depuis deux saisons et cette expérience lui servira forcément pendant le Mondial. Surtout, à 27 ans, le joueur formé à Créteil arrive au firmament de sa carrière et ne se laissera pas polluer par les éléments extérieurs. « La pression ? J'ai assez de maturité pour l'évacuer. J'arrive à un âge où je dois prendre mes responsabilités pour le bien de l'équipe. Il y a plus de l'excitation aujourd'hui. C'est la meilleure compétition au monde. » Auteur de cinq buts en L1 cette saison, Matuidi se sent plus fort que jamais et brille dans l'entrejeu des Bleus, où le trio qu'il forme avec Cabaye et Pogba est indispensable au bon équilibre de l'équipe. « Le milieu à trois est assez complémentaire. Il faudra voir si c'est le cas durant la compétition. Les joueurs s'entendent bien. »

Le PSG, club idéal pour sa progression

Dans sa progression, le PSG a joué un rôle indispensable. Il lui a permis de s'épanouir au plus haut niveau, en France comme en Europe. Il lui a surtout offert la possibilité de se frotter à des stars tous les jours à l'entraînement. Pour preuve, il pourrait croiser certains de ses partenaires au cours du tournoi. « On a beaucoup parlé de la Coupe du Monde au PSG. Si on rencontre des coéquipiers, ce sera une raison de plus de vouloir les battre », sourit Matuidi. Au-delà des joueurs, sa rencontre avec des coachs de renom à Paris lui a aussi fait franchir un cap. « J'ai eu la chance de côtoyer de grands entraîneurs, Ancelotti, Blanc, Makelele et Gasset. » Autant de personnalités qui le font rêver en grand avec les Bleus. Où son rôle pourrait bien dépasser le strict cadre du terrain pendant les deux mois à venir.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant