Matthieu Ricard : pratiquer le bouddhisme comme le dalaï-lama

le
0
Le moine Matthieu Ricard
Le moine Matthieu Ricard

Comme le fait remarquer le XIVe dalaï-lama, la tradition tibétaine a la particularité d'être une tradition vivante dont les rituels expriment la pratique des trois véhicules graduels du bouddhisme ? Hînayâna*, Mahâyâna* et Vajrayâna*, lesquels ont non seulement été préservés, mais aussi combinés de façon harmonieuse. Ces trois véhicules, qui ont respectivement pour principes le renoncement, la compassion et la perception pure, sont donc le socle de toutes les pratiques spirituelles et de tous les rituels tibétains, chaque étape de la voie graduelle étant mise en valeur par la suivante. Comme l'alchimiste qui transformerait d'abord le fer en cuivre, puis le cuivre en or, le renoncement est ennobli et magnifié par la compassion universelle, laquelle devient à son tour infiniment vaste et profonde lorsqu'elle s'imprègne de la vision pure du Vajrayâna.

Le bouddhisme tibétain présente un vaste panel de pratiques associant éthique, méditation et sagesse. Si les rituels tantriques* collectifs frappent l'observateur par leur solennité, ils ne sont que la partie visible d'un plus vaste ensemble de rites mis en ?uvre individuellement, dans le secret d'une cellule de retraitant.

Méditation

En général, ceux qui prennent conscience des limitations de la vie mondaine commencent par chercher un maître spirituel authentique, et se consacrent ensuite avec assiduité à l'étude et à la méditation dans un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant