Matthieu Ricard - "La souffrance d'un animal est plus importante que le goût d'un aliment"

le
1
Le moine bouddhiste Matthieu Ricard soutient le manifeste lancé mardi 22 novembre par 26 ONG pour imposer le bien-être animal dans le débat politique à l'occasion des élections.
Le moine bouddhiste Matthieu Ricard soutient le manifeste lancé mardi 22 novembre par 26 ONG pour imposer le bien-être animal dans le débat politique à l'occasion des élections.

Nous sommes tout, ils ne sont rien. La valeur de la vie humaine est, à juste titre, infinie. La valeur de la vie animale est-elle pour autant nulle ? Chaque heure dans le monde nous tuons 120 millions d'animaux terrestres et marins. Cela fait beaucoup : en une seule semaine, davantage d'animaux tués que toutes les victimes humaines de toutes les guerres !

Nous avons fait d'immenses progrès de civilisation. Nous n'acceptons plus ce qui a pourtant longtemps semblé normal : l'esclavage ou la torture. Nous avons adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme. Nous continuons d'améliorer le statut des femmes et des enfants. Nous réduisons la pauvreté dans le monde. Mais quand nous en venons aux animaux, le massacre en masse reste la règle.

Les 8 millions d'espèces qui peuplent encore notre planète sont nos concitoyens. Ils aspirent à vivre, à éviter la souffrance. Nous aimons les chiens, mais mangeons les porcs et nous nous vêtissons des vaches. Il y a là une incohérence fondamentale. La valeur des vies innocentes est non négociable.

Il n'y a aucun excès de sentimentalisme à être choqué par les horreurs révélées par les vidéos tournées dans les abattoirs.

Certains affirment que la production de viande est un mal nécessaire. Aujourd'hui, n'étant plus nécessaire, c'est un mal tout court. De fait, tout le monde y perd : la production industrielle de viande est la deuxième cause...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 10 mois

    Evidemment, quand on est le pote du Dalaï Lama... Moi je n'ai hélas pas atteint ce niveau de spiritualité transcendantale et je ne compte pas me retirer dans un ashram au Tibet à laper du lait caillé et du beurre de yack rance. Un bon steack frite me paraît plus accessible.