Matthäus, petit Poulain

le
0
Matthäus, petit Poulain
Matthäus, petit Poulain

Lothar Matthäus a construit son palmarès avec le Bayern Munich, la Nationalmannschaft et l'Inter Milan. Mais avant cela, quand Matthäus n'était encore qu'un poulain du foot allemand, il a tout appris avec Mönchengladbach. Quitte à devenir un traître à l'heure de partir.

Les 100 joueurs qui ont marqué le foot allemand
" Quand j'étais petit, je dormais dans des draps aux couleurs du Borussia Mönchengladbach. " La confession de Lothar Matthäus à 11Freunde n'est pas un scoop, mais elle résume bien ses débuts footballistiques. Né à Erlangen, une ville du nord de la Bavière, dans la région de la Franconie, le jeune Lothar se désintéresse étonnamment des grosses écuries locales. Ni le FC Nuremberg, dont le stade se trouve à une vingtaine de kilomètres, ni le grand FC Bayern Munich ne retient son attention. Non. Lothar Matthäus choisit plutôt le Borussia Mönchengladbach. " J'éprouvais tout simplement de la sympathie pour ce club. " Les années 70 sont aussi des années fastes pour Gladbach. " C'était une époque de grande réussite pour le Borussia, avec des joueurs comme Günter Netzer, Jupp Heynckes, Berti Vots et d'autres encore... " Toutefois, quand 11Freunde lui demande s'il a une idole dans sa jeunesse, il rejette l'idée en bloc. Non, c'est l'équipe de Gladbach dans son ensemble qu'il apprécie. Le cadre familial n'est d'ailleurs peut-être pas complètement étranger à cet intérêt. " Le fait que mon entière famille travaille pour Puma [alors équipementier des Fohlen, tandis que le Bayern est chez le rival Adidas] avait très certainement quelque chose à avoir dans ce choix. " Alors, sans surprise, quand Lothar Matthäus commence sa carrière professionnelle, il jette son dévolu sur Mönchengladbach. À 18 ans, il signe là-bas au moment même où Jupp Heynckes en devient l'entraîneur principal. Le début de cinq années de labeur et d'apprentissage.

Lothar Matthäus revient d'entre les morts

" Le meilleur entraîneur possible "


C'est l'été 1979. Matthäus passe un test chez les Fohlen, avec succès, grâce notamment à l'appui de Berti Vogts. À l'Express, en décembre dernier, Matthäus rapporte que Vogts " a dit : "Lui, c'est un jeune camarade doué. Il met déjà de l'intensité." Gladbach ne pouvait alors plus faire autrement que de me donner un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant