Matteo Renzi plaide pour les quotas de migrants dans l'UE

le , mis à jour à 22:08
0

ROME, 19 mai (Reuters) - Le président du Conseil italien Matteo Renzi a accusé mardi les pays de l'Union européenne de faire marche arrière sur les quotas de migrants à accueillir chez eux et de refuser d'aider l'Italie à faire face à l'afflux de millier de clandestins qui traversent la Méditerranée. "L'UE a reconnu que le problème n'était pas seulement celui de l'Italie et a décidé d'envoyer des navires mais il faut maintenant accepter le système des quotas", a dit le chef du gouvernement italien sur la RAI, la télévision publique. "La Grande-Bretagne a aussitôt dit qu'elle était contre (ces quotas) et qu'elle ne participerait pas, (...) et maintenant la France et l'Espagne posent des problèmes sur les méthodes de calcul des quotas", a déploré Matteo Renzi. Il a dit vouloir parvenir à un accord sur cette question d'ici le sommet européen des 25 et 26 juin, en regrettant que l'UE ne se presse guère et prenne les choses un peu à la légère. "Il reste un mois pour savoir si on arrive à un accord sérieux ou si ce sont juste des paroles en l'air", a-t-il poursuivi. Depuis le début de l'année, quelque 51.000 migrants sont arrivés en Europe en traversant la Méditerranée, dont 30.500 qui ont été recueillis en Italie. Environ 1.800 se sont noyés en tentant la traversée, selon les Nations unies. La Commission européenne a proposé il y a six jours que 20.000 migrants soient accueillis et répartis à travers l'Union au cours des deux prochaines années, mais en accordant à la Grande-Bretagne, à l'Irlande et au Danemark le droit de ne pas participer à ce dispositif. Selon le projet de Bruxelles, les migrants seraient accueillis dans les pays européens selon une clé de répartition fondée sur la taille du pays, la croissance économique et d'autres critères, si bien que l'Allemagne, la France et l'Italie seraient les principaux foyers d'accueil. ID:nL5N0Y43WB (Roberto Landucci, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant