Matières premières : inquiétudes du marché

le
4

Symbolique de la baisse des prix des matières premières, le pétrole s'est rétracté de 10 à 15% en seulement trois mois.
Symbolique de la baisse des prix des matières premières, le pétrole s'est rétracté de 10 à 15% en seulement trois mois.

Certaines matières premières connaissent une rechute de leur cours et retrouvent leur niveau d'il y a cinq ans. En cause : le ralentissement de la demande chinoise et la faible croissance européenne. Le pétrole, l'alimentaire et certains métaux font partie des plus touchés.

Depuis trois mois, les matières premières ne sont plus à la fête. Les cours du pétrole, suivis avec attention, sont revenus à leurs niveaux d'il y a deux ans. Le Brent et le WTI se sont ainsi rétractés de 10 à 15% depuis le mois de juin. Si cela se ressent sur les prix à la pompe qui sont désormais loin de leurs records, cette baisse est également symptomatique d'une demande mondiale dont la croissance s'est réduite. Dans ce contexte, les récentes aggravations géopolitiques au Moyen-Orient ont eu un impact réduit sur les cours, alors que la production de pétrole de schiste en Amérique du Nord reste abondante.

L'or connait une stagnation de sa valeur après avoir connu une forte baisse au cours de l'année dernière. La Chine et l'Inde sont moins demandeuses du métal jaune et la pression s'est relâchée sur les marchés financiers, réduisant ainsi le traditionnel engouement pour cette valeur refuge. L'once d'or s'échange actuellement à 1.234$, alors qu'elle atteignait encore 1.800$ il y a deux ans.

Les matières premières alimentaires voient  leur prix baisser à cause d'une abondance d'offre. Les récoltes ont été bonnes cette année tandis que la demande a connu une légère diminution, provoquant la chute du blé (-18%) ou encore du soja (-25%) depuis le début de l'année. En revanche le café (+62%) et le cacao (+13%) enregistrent actuellement les meilleures performances de ce secteur.

Les métaux connaissent quant à eux des variations dispersées. Ainsi, si certains métaux s'apprécient depuis le 1er janvier comme le nickel (+32%), le palladium (+18%) ou l'aluminium (+11%), d'autres enregistrent des baisses plus ou moins marquées comme le cuivre (-7%) et surtout le minerai de fer (-37%) dont l'extraction a été particulièrement abondante alors que la demande n'a pas suivi.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mercredi 24 sept 2014 à 10:48

    le Pétrole baisse ..mais c'est parfait !

  • faites_c le mardi 16 sept 2014 à 17:21

    C'est fantastique comme les journalistes sont capables de tout expliquer à posteriori! Le ralentissement de la demande chinoise n'est connu que depuis samedi mais c'est la cause de la chute du cours des matières premières qui en 4 jours auraient réussi à perdre tout ce qu'ils avaient gagné en 5 ans! Il faut que Mr Bargue arrête de vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes et d'autant plus que les exemples donnés ne confirment pas son texte!

  • cachagui le mardi 16 sept 2014 à 17:14

    Il serait bien que nous arretions les uns les autres de speculer aussi bien a la hausse qu'a la baisse et nous eviterions ne reproduirions pas un scenario equivalent a la crise de 1929..!

  • M8407451 le mardi 16 sept 2014 à 17:13

    Par contre le prix du fioul ou de l'essence ne bouge pas