Matías Kranevitter, le nouveau "cinco"

le
0

Homme clé du système de Marcelo Gallardo à River Plate, Matias Kranevitter attire tous les grands clubs d'Europe. Le jeune numéro 5 argentin, sorte de Mascherano 2.0, fait aussi revivre Fernando Redondo. Et ça en Argentine, on aime.

21 septembre 2014, contre Indepentiente, le jeune Matías Kranevitter vient se frotter à Federico Mancuello, milieu de terrain star d'Independiente. Résultat, une fracture du pied et trois mois en dehors des terrains. Cette blessure arrive au pire moment pour River Plate qui lutte alors pour le titre, et se bat pour remporter la première Copa Sudamericana (petite sœur de la Copa Libertadores) de son histoire. "C'est une pièce clé, et nous sommes très déçus de le perdre" se lamentait Marcelo Gallardo. Mais l'entraîneur de River trouvera la solution pour remplacer son jeune chien fou : l'expérimenté Leonardo Ponzio retrouve sa place de titulaire (perdue au détriment de Kranevitter) au milieu de terrain des Millonarios. Paradoxalement, c'est déjà le tournant de la jeune carrière du "Colo".

Élève de Gallardo, relève de Mascherano


Le numéro 5 originaire de Yerba Buena, ville de la province de Tucumán, regardera ses copains laisser filer le titre dans un match décisif face au Racing. Pire, il rate le train de l'Albiceleste d'un Tata Martino sous le charme de cette évolution de Mascherano et Redondo. Mais il reviendra à temps pour soulever la Copa Sudamericana dans une finale maîtrisée face aux Colombiens de l'Atlético Nacional. De retour en tant que titulaire en début d'année 2015, le milieu à la vision de jeu exceptionnelle a lutté pour regagner sa place. Une force de caractère qui contraste avec les larmes qui ont coulées sur ses joues lorsqu'il a appris le diagnostic de sa blessure l'an passé.

Désormais, à 21 ans, "Krane" tient le mitard de River a lui tout seul. Il s'adapte au 4-4-2 et au 3-4-3, les deux schémas favoris de Gallardo. Aidé par l'abattage défensif de Carlos Sánchez et d'Ariel Rojas, Kranevitter remplit parfaitement le rôle de "cinco" à l'argentine, cher aux supporters de River Plate. En effet, ce poste a été occupé par des légendes riverplatenses telles que Pipo Rossi, Reinaldo Mero, Matias Almeyda, ou encore Javier Mascherano. L'entraineur de River Plate a même mis de côté le traditionnel "doble cinco" (ressorti uniquement lors du Superclásico aller en Copa Libertadores) de River pour confier les clés du jeu à l'aîné des six frères Kranevitter.

De caddie à chef d'orchestre


Et Gallardo le sait, son joyau doit être poli. Pour cela, l'ancien joueur du…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant