Mathieu Gallet : «Nous devons nous transformer»

le
0
Mathieu Gallet : «Nous devons nous transformer»
Mathieu Gallet : «Nous devons nous transformer»

Le président de Radio France s'explique sur son plan pour assainir les finances de l'entreprise et sur ses dépenses contestées.

Fleur Pellerin a validé votre plan hier soir. Etes-vous satisfait de cet arbitrage ?

Mathieu Gallet. Tout à fait. Le gouvernement réaffirme sa volonté de porter la réforme de Radio France et de défendre sa mission de service public. Ce sont des signes de confiance pour l'entreprise. Et il nous accorde une dotation en capital qui nous permettra de terminer le chantier de la maison de Radio France dans des conditions satisfaisantes pour les collaborateurs.

La grève a été reconduite jusqu'à mardi, impliquant un coût de 1 M¤ par semaine. La situation est-elle critique ?

Du fait de l'absence de pub, de location d'espace et de concerts, la grève creuse notre déficit de 21 M¤ de 10 % supplémentaire. Je comprends l'inquiétude des salariés par rapport à la situation économique. Mais notre modèle ne fonctionne plus, car le budget alloué par la redevance, qui avait toujours crû, est passé de 610 M¤ en 2011 à 601 M¤ en 2014. Il faut réformer.

Si elle se poursuit jusqu'à jeudi, ce sera la grève la plus longue de l'histoire. Un sacré camouflet qui s'ajoute à une motion de défiance votée hier...

Cette grève est suivie par une minorité de salariés dont la logique est de refuser la réforme, portée par le gouvernement et moi-même. Nous devons nous transformer. La pérennité du service public est en jeu.

Vous sentez-vous encore légitime ?

Ma légitimité vient de ma nomination à l'unanimité par le CSA. Par ailleurs, une part importante des salariés de Radio France souhaitent que cette entreprise évolue.

Quelles sont vos solutions pour réduire les coûts ?

Je compte supprimer la diffusion en ondes moyennes et longues (soit 14 M¤ d'économies par an), faire un plan de départs volontaires sur la base de critères d'âge de 200 à 300 personnes. Nous conserverons les formations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant