Mathias Coureur : "Ici, c'est un verre de vodka, un verre d'eau" .

le
0
Mathias Coureur : "Ici, c'est un verre de vodka, un verre d'eau" .
Mathias Coureur : "Ici, c'est un verre de vodka, un verre d'eau" .

Formé au Havre, Mathias Coureur a voyagé : France, Espagne, chez lui en Martinique et maintenant en Bulgarie. Ce joueur de 26 ans s'est posé au Cherno More Vana, pour devenir enfin sérieux.

Avant d'évoquer ton parcours d'expatrié, on va revenir sur ton ancien contexte français. Déjà, tu effectues ta première saison pro avec Beauvais. Tu joues pas mal. Comment tu te sens à ce moment-là ? Ça m'a changé, c'est autre chose qu'avec les jeunes donc au début, j'étais un peu impressionné. A la base, je n'étais pas venu pour jouer avec l'équipe première, c'était juste pour m'entrainer et faire monter la réserve qui était en DH.
Après ce passage à Beauvais, tu files à Nantes... Ça se passe pas comme prévu. J'arrive dans un club où il y a beaucoup de problèmes. Moi, j'ai fait l'erreur, j'étais mal conseillé. Je ne savais même pas où je mettais les pieds... J'ai vu Nantes, ça m'a tout de suite fait rêver donc j'ai signé. J'avais rencontré le président Waldemar Kita à Paris. Il est venu avec le directeur sportif, Christian Larièpe à l'époque. Ils m'avaient dit : "Da Rocha ne peut pas finir les matchs, on a besoin de toi tout de suite. Tu vas être son successeur." Bon... Quand ça vient de Waldemar Kita directement, je n'ai pas hésité. Ça ne s'est pas passé comme ça après... A la base, j'étais venu pour remplacer Da Rocha en Ligue 2 et ils m'ont dit "Aide la CFA et tu joueras en Ligue 2". On a lutté jusqu'au bout pour pas descendre, mais on est descendus. Ils m'ont mis dans une équipe déjà en difficulté pour jouer des matchs couperets. Je n'ai pas pu me mettre à mon avantage et ils sont restés sur ces performances, ça m'a cassé. Un entraineur voulait me faire jouer avec les A, mais ils l'ont empêché de me faire jouer. Ils lui ont dit "Coureur, il joue pas. On veut pas le faire jouer."

Pourquoi ? [REPONSE]Ouais, parce qu'il fallait que je parte. Je ne les intéressais plus, il voulait me vendre alors que ça aurait pu me relancer. J'aurais pu jouer, bien jouer, j'aurais pu me vendre, mais comme on était 40 pros... Attention, je ne vais pas cracher sur Nantes. Ils m'ont donné un bon contrat, j'avais la belle vie.

Après tu pars à Gueugnon, tu joues 9 matchs, tu marques 3 buts, mais tu décides de rejoindre Orihuela en 3ème division espagnole. Comment tu débarques là-bas ? [REPONSE]J'ai fait un test en fait avec eux, j'avais un pote là-bas, je venais de résilier avec Nantes. J'ai aussi...





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant